L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > La carte Raspberry Pi entre dans la 4e dimension

La carte Raspberry Pi entre dans la 4e dimension

Publié le 24 juin 2019 à 14:05 par François Gauthier        Sous-système Farnell

Farnell Raspberry Pi 4

La très populaire plate-forme de développement ouverte Raspberry Pi poursuit son développement avec l’arrivée ce jour de la Raspberry Pi 4 modèle B, le plus puissant modèle Raspberry Pi jamais conçu. Annoncé par le distributeur Premier Farnell, très impliqué dans la fabrication, le support et la promotion de cette architecture matérielle, la Raspberry Pi 4 procure aux utilisateurs des évolutions significatives au niveau de la vitesse du processeur, des performances multimédias, de la capacité mémoire et de la connectivité. De quoi élargir la base des développeurs attachés à cette plate-forme à ceux qui souhaitent mettre au point et tester des prototypes d’applications d’intelligence artificielle (IA), notamment.

« Nos analyses ont mis en évidence l'utilisation généralisée des produits Raspberry Pi par des ingénieurs professionnels dans le prototypage et la production commerciale pour une large gamme d'applications allant de l'IoT à l'IA, en passant par l'automatisation et le contrôle industriel et la maintenance prédictive, commente Hari Kalyanaraman, responsable mondial des ordinateurs monocartes chez Premier Farnell. Avec plus d'options mémoire, un port Ethernet Gigabit, un port USB 3.0 et des performances de processeur accrues, la nouvelle Raspberry Pi 4 modèle B est bien placée pour accélérer son adoption dans les applications industrielles, avec la possibilité de traiter directement, sur le terrain, des logiciels d’apprentissage automatique ou d’IA, sans avoir à passer par le cloud. »

D’un point vue technologique, la carte est architecturée pour la première fois autour d’une puce-système SoC 64 bits Broadcom BCM2711 dotée de quatre coeurs Arm Cortex-A72 (architecture Armv8) cadencés à 1,5 GHz et fabriquée en technologie 28 nm. D’où une augmentation significative des performances, trois fois plus élevées que celles du modèle précédent, et de l’efficacité énergétique.

Côté vidéo et audio, la plate-forme intègre deux ports micro-HDMI qui prennent en charge une sortie à double affichage avec des résolutions allant jusqu'au 4K. Le décodage H.265 (4Kp60), le décodage H.264 (1080p60) et le codage H.264 (1080p30) sont assurés ainsi que les graphiques en OpenGL ES 3.0.

Côté connectivité, les développeurs auront à leur disposition un port SuperSpeed ​​USB 3.0 qui offre des taux de transfert rapides vers les périphériques de stockage de masse (jusqu'à 5 Gbit/s) et un lien Gigabit Ethernet. Pour les communications sans fil, les bandes radio à 2,4 GHz et 5 GHz sont disponibles pour des débits de données supérieurs à 100 Mbit/s.

Au rayon mémoire, la carte est équipée de SDRam LPDDR4 d'une capacité de 1, 2 ou 4 Go, et d'un emplacement pour une carte microSD. 

Les utilisateurs peuvent d’ores et déjà se procurer le modèle 1 Go d'entrée de gamme au prix de 35 dollars pièce, ainsi que les modèles à 45 dollars (2 Go de mémoire) et à 55 dollars (4 Go de mémoire). Farnell indique aussi que la carte Raspberry Pi 4 modèle B restera en production au moins jusqu’en janvier 2026.

Enfin pour être complet, signalons que RISC OS, Windows IoT Core et Ubuntu Core sont les systèmes d’exploitation utilisables sur cette carte de nouvelle génération pour des applications professionnelles, OS supportés et promus par la fondation Raspberry Pi. Pour ceux qui ont besoin de temps réel, la carte ne disposant pas d’horloge temps réel (RTC), il n’existe pas de système officiellement supporté par la fondation (seules des initiatives personnelles sont accessibles sur le Web avec FreeRTOS et ChibiOS/RT, via l'ajout d’une carte additionnelle RTC pour la Raspberry Pi).

Sur le même sujet