L'embarqué > Logiciel > Start-up > Internet des objets : Nestwave assure la géolocalisation par satellite… sans circuit de positionnement GPS

Internet des objets : Nestwave assure la géolocalisation par satellite… sans circuit de positionnement GPS

Publié le 25 septembre 2020 à 11:08 par Pierrick Arlot        Start-up

Nestwave

[PORTRAIT DE START-UP] Pour des raisons de coût, de consommation, voire d’encombrement, certains objets connectés qui nécessitent une fonction de géolocalisation ne peuvent embarquer une puce de réception de signaux GPS ou apparentés. Pour relever le défi, la jeune société française Nestwave a développé une solution de géolocalisation de haute précision qui permet de se passer totalement d’un circuit de positionnement GPS et qui s'appuie sur les ressources des puces de communication LTE-M, NB-IoT voire LoRa ou Sigfox.

De nombreuses applications émergentes de l’Internet des objets (IoT) comme le suivi d’actifs, de biens, d’animaux ou de personnes, l’agriculture connectée, les villes intelligentes et les usines à l’heure de l’industrie 4.0 nécessitent une fonction de géolocalisation. Si les technologies de géolocalisation par satellite restent généralement les plus précises (tout du moins en outdoor), elles n’en nécessitent pas moins la présence d’une puce spécifique de réception de signaux GPS (ou apparentés). Présence que certains objets connectés ne peuvent s’autoriser pour des raisons de coût, de consommation, voire d’encombrement. Mais ça, c’était avant. Avant que la jeune société française Nestwave ne développe une solution de géolocalisation de haute précision qui permet de se passer totalement d’un circuit de positionnement GPS.
 
Ambroise Popper, CEO de Nestwave
 
« Notre technologie, qui compte une bonne part d’algorithmique et que nous commercialisons sous forme d’IP, utilise en fait, pour émuler la géolocalisation GPS, les ressources de la puce de communication que l’on trouve dans des objets connectés aux réseaux radio longue portée et basse consommation LTE-M, NB-IoT voire LoRa ou Sigfox, explicite Ambroise Popper, le tout nouveau CEO de Nestwave (*). L’absence d’une puce GPS dédiée offre plusieurs avantages. Nous permettons de réduire le coût nécessaire pour implémenter la géolocalisation (une puce GPS coûte entre 2 et 3 dollars), tout en abaissant significativement la consommation, ce qui est de prime importance pour les produits IoT alimentés sur pile ou batterie. Notre technologie améliore également les performances dans des environnements difficiles. »
 
Dans la pratique l’IP logicielle de Nestwave peut mettre à profit divers signaux (satellite, mais aussi cellulaires ou Wi-Fi) pour effectuer la géolocalisation en profitant de cette diversité pour en améliorer la précision, en particulier dans les environnements difficiles comme les canyons urbains, les parkings couverts, l’intérieur des bâtiments...
 
Le traitement algorithmique quant à lui peut être réparti entre la puce (dès lors qu’elle dispose d’un modem IoT ou d’un DSP) pour les calculs à haute vitesse et haute résolution, et le cloud pour les tâches les plus complexes et les plus gourmandes en ressources. Sachant que Nestwave a également déposé plusieurs brevets sur des techniques de traitement du signal de bas niveau pour améliorer encore les performances (notamment pour combattre les interférences liées à la propagation multitrajet). A cet égard, la société française estime assurer une précision 4,5 fois meilleure que l’état de l’art dans des environnements caractérisés par ce type de propagation, source de fortes distorsions des signaux reçus. La technologie Nestwave offrirait aussi un délai moyen d'obtention d'une première position (time-to-first-fix) dix fois inférieur aux solutions conventionnelles.  
 
De premières références dans les prochains mois
 
« Notre offre commerciale qui se met en place depuis la rentrée 2020 repose sur la licence de notre IP qui est logicielle et qui peut s’accompagner d’une IP matérielle sous la forme d’accélérateurs hardware, détaille Ambroise Popper. Par ailleurs notre solution au niveau cloud sera vendue sous forme de services complémentaires. En réalité nous sommes déjà en phase active d’engagement commercial et devrions pouvoir annoncer des références dans les mois qui viennent. » 
 
Le logiciel exécutable de Nestwave peut en théorie tourner sur tout type de puce de communication IoT dont l’accès au cœur de DSP ou au modem est possible, l’intégration étant menée dans le cadre d’une collaboration de l’ordre de trois à six mois avec le fabricant de semi-conducteurs. « Dans une première phase, notre solution logicielle de géolocalisation GPS va tourner sur des modems LTE-M et NB-IoT, les puces LTE bas débit étant généralement aptes à fonctionner dans la gamme de fréquence comprise entre 700 MHz et 2 GHz, qui englobe les canaux GPS à 1,6 GHz, précise le CEO de Nestwave. Et nous pourrons la combiner avec du positionnement cellulaire et Wi-Fi dans le cloud. La disponibilité sur des puces LoRa et Sigfox viendra dans un deuxième temps. »
 
A noter que la société française a déjà dévoilé des collaborations avec deux fournisseurs de cœurs de DSP, Cadence et Synopsys en l’occurrence, avec le portage notamment de l’IP logicielle de géolocalisation Nestwave sur les cœurs Tensilica Fusion F1 du premier et le bloc de communication IoT DesignWare ARC du second, architecturé sur le processeur ARC EM9D. L’idée étant de promouvoir une solution commune auprès des fabricants de semi-conducteurs et notamment des fournisseurs de puces-systèmes NB-IoT.
 
Rabih Chrabieh, cofondateur et directeur technique de Nestwave
 
Basé à Paris, Nestwave a été créé fin 2014 par Rabih Chrabieh, un ingénieur passé notamment chez Qualcomm et Sequans et aujourd’hui directeur technique de la start-up, avec le concours d’autres associés dont Ambroise Popper, l’actuel CEO. La société trouve son origine dans des travaux menés par son fondateur autour de l’opportunité de combiner des technologies de localisation par satellite et les réseaux cellulaires.
 
Nestwave s’est d’abord concentré sur le développement de nouveaux algorithmes de traitement du signal et sur la manière de les implémenter sur des processeurs embarqués dotés de ressources matérielles limitées, avant de sortir d’un relatif anonymat à l’occasion d’un premier tour de financement bouclé début 2019.
 
Mené par les sociétés de capital-risque The Faktory et Sofimac Innovation, ce tour de table de 2 millions d’euros a permis à la jeune entreprise d’accélérer le développement produit et de répondre à de premières opportunités. Nestwave a en outre bénéficié du programme de financement européen H2020 et d’un apport de 3,5 millions d’euros. « Notre équipe est aujourd’hui constituée d’une quinzaine de personnes, en grande majorité des ingénieurs de recherche et développement, souligne Ambrose Pepper. Nous sommes désormais en phase active de recrutement avec l’ambition de démarrer 2021 avec un effectif de vingt personnes. Nous prévoyons par ailleurs une levée de fonds plus importante fin 2021, qui permettra de poursuivre le développement R&D mais aussi accélérer notre développement commercial et notre expansion internationale. L’idée est de nous amener dans une phase où notre technologie sera déployée dans des produits commerciaux, ce qui validera définitivement notre approche. » Parallèlement, Nestwave compte étoffer sa technologie avec des fonctions plus avancées, comme la prise en charge de multiples constellations par exemple, et enrichir sa plate-forme cloud avec des services de localisation que la société pourra commercialiser directement auprès des utilisateurs finaux.

(*) Ambroise Popper a acquis une expérience approfondie de l'industrie du sans fil et de l'Internet des objets. Il est l’un des cofondateurs de Sequans où il a occupé divers postes de direction jusqu’en 2016 et a travaillé en tant que vice-président Strategy & Corporate Marketing jusqu’en 2019 chez Quantenna, une société acquise par ON Semiconductor l’année dernière. 

Sur le même sujet