L'embarqué > Logiciel > Algorithmes > IBM fait feu de tout bois pour connecter sa plate-forme d’intelligence artificielle Watson à l’IoT

IBM fait feu de tout bois pour connecter sa plate-forme d’intelligence artificielle Watson à l’IoT

Publié le 12 janvier 2016 à 10:55 par François Gauthier        Algorithmes IBM

IBM fait feu de tout bois pour connecter sa plate-forme d’intelligence artificielle Watson à l’IoT

Robotique, médical, électroménager : IBM a profité du salon CES qui s’est tenu début janvier à Las Vegas pour annoncer des accords tous azimuts dans le domaine de l’internet des objets en vue d'interfacer sa plate-forme cognitive Watson à divers domaines d’activité. Avec le japonaisSoftbank Robotics, IBM va ainsi mettre au point une version de Watson destinée à équiper le robot domestique Pepper de la société nippone (une technologie issue du rachat du français Aldebaran). Objectif : apporter au robot des capacités de compréhension, d’apprentissage et d’extraction de sens de messages venant du monde extérieur, qu’il s’agisse de phrases exprimées en langage naturel, d’images, de textes, etc.

Dans le domaine de l’électroménager domestique, IBM a signé un accord avec le néerlandais Whirlpool afin d’interfacer à Watson les appareils du fabricant afin d'analyser les données recueillies par ses équipements et, en retour, améliorer l’expérience utilisateur. Il pourra s'agir de fours avec, par exemple, l'envoi de recettes liées aux habitudes almentaires collectées, de sèche-linge ou de lave-vaisselle, avec en retour des données de maintenance ou des conseils d'utilisation en relation avecà la consommation d'énergie. 

Dans le domaine du médical, IBM a annoncé une collaboration officielle avec Pathway Genomics, un fournisseur de tests et de diagnostics personnels, qui permettra aux utilisateurs de récupérer des informations personnalisées sur leur santé et leur bien-être, basées sur leurs antécédents médicaux. Parallèlement, IBM va travailler avec Medtronic pour développer un système avancé de gestion intelligente du diabète avec des tests capables de prédire une crise d’hypoglycémie.

Tous ces accords sont dans le droit fil de la décision annoncée par IBM en décembre dernier d’installer à Munich son siège pour Watson IoT, déclinaison pour l’Internet des objets de sa technologie cognitive Watson, basée sur l'usage d'un supercalculateur et adaptée dans ce cas à l’analyse dans le cloud des données émises par des dizaines de milliards de capteurs connectés de l’IoT. Ce centre d’expertise qui regroupera à terme un millier de personnes va développer des offres ciblées pour les utilisateurs de l'IoT qui ont besoin d'analyses cognitives. C'est l’investissement global le plus important réalisé en Europe par IBM sur les 20 dernières années, selon la société, qui avait préalablement annoncé qu’elle investirait dans l’IoT 3 milliards de dollars sur quatre ans.

Pour l'offre Watson IoT, IBM compte proposer en direction des développeurs quatre familles d’API : NLP (Natural Language Processing) pour les applications d’interaction avec les objets via un langage naturel, MLW (Machine Learning Watson) pour l’automatisation du traitement de données et l’accompagnement de phases d’apprentissage, VIA (Video and Image Analytics) pour l’analyse de données issues de flux vidéo en vue d’identifier des objets, et enfin TA (Text Analytics) pour l'analyse de manière automatisée des dialogues (en particulier dans des services après-vente) pour en tirer des corrélations utiles à un fournisseur d’équipements.

Sur le même sujet