L'embarqué > Matériel & systèmes > Start-up > Gridbee connecte à haut débit les objets disséminés dans les environnements industriels ou contraints

Gridbee connecte à haut débit les objets disséminés dans les environnements industriels ou contraints

Publié le 26 juin 2015 à 09:40 par Pierrick Arlot        Start-up

Gridbee logo

La jeune société Gridbee Communications compte lancer début 2016 un module radio compatible 802.15.4g équipé d'un circuit SoC "maison" optimisé en consommation qui sera apte à gérer la connectivité haut débit et sécurisée, le maillage réseau et la couche applicative de communication avec le cloud. Marchés visés : les compteurs d'électricité communicants et le M2M industriel.

Créée en octobre 2014 à Grasse (Alpes-Maritimes), la jeune entreprise Gridbee Communications a fait brusquement parler d’elle en annonçant début mai avoir levé deux millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs dont PACA Investissement, R2V, FIP Entrepreneurs Capital, Foréis et Davanière Capital Partenaire. Une somme que la start-up va injecter à hauteur de 80% dans la finalisation d’un circuit intégré de type SoC dédié à la communication radio haut débit et sécurisée des objets connectés installés dans des environnements industriels ou contraints.
 
« Notre objectif est de proposer courant 2016 ce SoC optimisé en consommation sur un module clé en main, associé à une suite logicielle complète qui gère la connectivité, le maillage réseau et la couche applicative de communication avec le cloud, précise Didier Guiraud, cofondateur et CEO de Gridbee. Intégrable dans des objets industriels ou dans des passerelles et concentrateurs pour la connexion à des infrastructures existantes, notre offre cible en priorité les fabricants de compteurs électriques communicants et les distributeurs d’énergie au niveau mondial, mais également le M2M industriel, en particulier sur des sites de grande taille, là où exercent de grands groupes comme ABB, Schneider, Bosch, Alstom, Siemens ou GE. »
 
 
 
Une partie de l'équipe de Gridbee dont les cofondateurs Emmanuel Riou (2e en partant de la gauche), Guido Silva (6e), Stéphane Laurent (7e), Emmanuelle Dubois (8e) et Didier Guiraud (9e)
 
Dans le détail, le circuit SoC, réalisé en technologie 55 nm par GlobalFoundries, sera disponible d’ici à la fin de l’année. Architecturée autour d’un cœur de processeur 32 bits ARC, de mémoire ROM, RAM et flash en quantité importante, la puce implémentera aussi un sous-système radio compatible IEEE 802.15.4g exploitant des bandes de fréquences situées entre 850 MHz et 950 MHz, et en particulier un modem haut débit OFDM qui constitue un gros différentiateur de la solution de Gridbee. Le SoC, dont le niveau de consommation en mode veille devrait être inférieur à 1 µW, intégrera également un moteur de cryptographie et tout un jeu d’interfaces du type SPI, I2C, USB, CAN, UART ou Ethernet.
 
Un module fonctionnel en janvier 2016
 
« Parallèlement à la conception du SoC, nous développons le circuit imprimé du module ainsi que la suite logicielle que nous faisons actuellement tourner sur un FPGA, ajoute Didier Guiraud. Notre ambition est d’avoir en mains un module fonctionnel en janvier 2016. » La suite logicielle comprendra notamment les couches PHY et MAC 802.15.4g, l’OS open source Contiki, des piles de protocole réseau IP ainsi qu’un algorithme de routage apte à la mise en place de réseaux maillés les plus étendus possible. « Dans ce cadre, nous collaborons avec le CEA-List et l’algorithme permet dès aujourd’hui d’envisager de 2 000 à 3 000 nœuds par concentrateur ou passerelle, l’objectif étant de porter ce nombre à plus de 10 000 et, partant, de réduire au minimum l’infrastructure nécessaire au déploiement d’un réseau 802.15.4g maillé », détaille le dirigeant de Gridbee. Afin de valider sa technologie, la jeune société travaille aussi à la mise en place de véhicules tests nécessaires au développement de chaînes applicatives, notamment dans des pays comme l’Inde ou la Corée du Sud où des distributeurs d’électricité comptent lancer avant la mi-2016 des services commerciaux basés sur la solution de communication radio de la jeune société française.
 

La technologie compatible IEEE 802.15.4g de Gridbee permet d'envisager des architectures réseau maillées avec jusqu'à 10 000 nœuds par concentrateur ou passerelle

Le choix de la norme IEEE 802.15.4g par Gridbee n’est pas anodin. Soutenue par l’alliance industrielle Wi-SUN (Wireless Smart Utility Networks), cette norme a été édictée en 2012 spécifiquement pour la communication sans fil des compteurs d’énergie intelligents au smart grid. Elle définit un amendement à la couche PHY de la spécification IEEE 802.15.4, mise en œuvre par les standards ZigBee ou Thread, et standardise des niveaux de puissance d’émission, des débits, des modulations et d’autres caractéristiques techniques, ainsi que les bandes de fréquence utilisables pour le déploiement à grand échelle de réseaux de distribution d’énergie intelligents. La norme 802.15.4g prévoit notamment un débit minimal de 40 kbit/s (avec une modulation FSK), débit qui peut être porté à 1 Mbit/s via des modulations optionnelles plus sophistiquées.
 
« Excessivement résistante dans des milieux perturbés au niveau électromagnétique, la modulation multiporteuse OFDM que nous avons choisi d’implémenter est l’une de ces modulations optionnelles et permet d’envisager des débits de 800 kbit/s avec une portée de trois kilomètres en champ libre et de 300 à 400 mètres dans des unités de production industrielles, souligne Didier Guiraud. Nous avons même pu démontrer qu’il est possible de réaliser une transmission à 300 kbit/s au travers de huit murs de béton ! »
 
Un savoir-faire radio historique
 
Le savoir-faire radio de Gridbee s’explique par l’origine de cinq des six cofondateurs de la start-up, issus de la défunte société Accent Communications. Cette entreprise franco-italienne, dont la liquidation s’est faite à l’été 2014, s’était recentrée en 2010 sur une stratégie très ambitieuse visant à proposer un circuit intégré « tout-en-un » et modulaire pour compteurs d’énergie communicants. Mais cette plate-forme associant fonctions de métrologie, sous-système radio et communication CPL (Courants porteurs en ligne) a connu quelques déboires. « La partie CPL n’a jamais réussi à fonctionner correctement et les investisseurs ont décidé à un moment de ne plus soutenir Accent qui a finalement mis la clé sous la porte, se souvient Didier Guiraud. Les cofondateurs de Gridbee ont pu récupérer le savoir-faire, l’expertise ainsi que la connaissance des marchés d’Accent. Notre équipe technique est d’ailleurs formée des spécialistes de l’activité radio de Wipro qui avait été reprise par Accent en 2010. »
 
Déjà forte d’un effectif d’une quinzaine de personnes dont une douzaine d’ingénieurs aux fortes compétences en RF, numérique et analogique, la jeune société française envisage déjà pour le début 2016 une deuxième levée de fonds, plus importante que la première, pour lancer la commercialisation de sa solution à l’échelle mondiale.

Sur le même sujet