L'embarqué > Marchés > Rachat > Finalement, c’est Thales - et non Atos - qui va absorber Gemalto

Finalement, c’est Thales - et non Atos - qui va absorber Gemalto

Publié le 18 décembre 2017 à 12:16 par François Gauthier        Rachat Gemalto

Thales Gemalto Cybersécurité

Rebondissement dans le rachat de la société Gemalto. Après le refus de l’offre présentée par la société de services en informatique Atos par le conseil d’administration du spécialiste des cartes à puce et de la sécurité, c’est finalement l’équipementier Thales qui a surenchéri en proposant d’absorber Gemalto pour 4,8 milliards d’euros, soit à un prix de 51 euros l’action contre 46 € pour l’offre antérieure d’Atos, ce qui valorisait l'entreprise à 4,3 milliards d'euros. Cette fois-ci, la proposition a été unanimement recommandée par le conseil d’administration de Gemalto.

Impliqué notamment dans les domaines de la Défense, des transports, du spatial et des communications, Thales, une des grandes entreprises françaises dans les domaines des hautes technologies, affichera après l'absorption de Gemalto un chiffre d’affaires d’environ 18 milliards d’euros pour quelque 80 000 salariés dans le monde.

Spécialiste français des cartes à puce et de la sécurité numérique (issu de l'acquisition du français Gemplus par le néerlandais Axalto, lui-même créé en 2004 après introduction en bourse de l'activité Cartes à puce de Schlumberger), Gemalto, pour sa part, a développé à la fois des solutions de sécurité numérique et des systèmes d'exploitation sécurisés. Des briques de base que l'entreprise assemble et personnalise sur des supports comme les cartes UICC et les cartes à puce, les cartes bancaires, les passeports et les cartes d'identité électroniques.

C’est cette expertise en cybersécurité qui intéresse au premier chef Thales qui, à travers ses multiples activités, a déjà développé des compétences fortes dans ce domaine. Plus d’un milliard d’euros ont ainsi déjà été dépensés depuis trois ans dans les technologies de cybersécurité chez Thales. La société a créé en 2017 la Digital Factory à Paris, à la fois plate-forme numérique, environnement de développement et incubateur de start-up qui permettra aux ingénieurs de Thales de développer rapidement des solutions numérique innovantes. 

« L’acquisition de Gemalto marque une étape clé dans la mise en œuvre de la stratégie de Thales, déclare Patrice Caine, PDG de Thales, dans un communiqué de presse. Avec l’équipe de direction de Gemalto, nous avons de grandes ambitions fondées sur une vision partagée de la transformation numérique de nos métiers et de nos clients. (…) En unissant leurs talents, Thales et Gemalto vont créer un leader mondial de la sécurité numérique. »

Sur le même sujet