L'embarqué > Marchés > Conjoncture > En 2017, il s’est vendu 29% de robots industriels de plus que l’année précédente

En 2017, il s’est vendu 29% de robots industriels de plus que l’année précédente

Publié le 22 juin 2018 à 12:27 par Pierrick Arlot        Conjoncture

En 2017, il s’est vendu 29% de robots industriels de plus que l’année précédente

Selon la Fédération internationale de robotique (IFR), il s’est vendu 380 550 robots industriels en 2017, un chiffre record en progression de 29% par rapport à l’année précédente (294 300 unités). C’est la Chine qui a connu la plus forte croissance du marché (+58%), très loin devant l’Allemagne (+8%) et les Etats-Unis (+6%).

En termes de secteurs, l’automobile continue d’exprimer une forte demande en robots industriels. En 2017, près de 125 000 unités ont été vendues sur ce seul créneau, un nombre en croissance de 21%. Les plus fortes progressions sont néanmoins à mettre au compte de l’industrie métallurgique (+54%) et de l’industrie électrique et électronique (+27%), l’industrie agroalimentaire se classant en 4e position (+19%). Au niveau des volumes de ventes, l’Asie arrive sans conteste en pole position, ajoute l’IFR, la Chine ayant installé environ 138 000 robots industriels en 2017, suivie par la Corée du Sud (40 000 unités) et le Japon (38 000 unités). Dans la zone Amériques, les Etats-Unis se classent en tête avec 33 000 robots industriels vendus tandis qu’en Europe, l’Allemagne se distingue avec 22 000 unités commercialisées sur le territoire germanique.

Dans la course à la numérisation, les sites de production sont de plus en plus connectés au monde virtuel, note encore l’IFR, ce qui ouvre des possibilités complètement nouvelles en matière d’analyse et d’apprentissage automatique. Les robots vont dans ce cadre acquérir de nouvelles fonctionnalités grâce aux processus d’apprentissage. Parallèlement, l’industrie travaille à simplifier la prise en main des robots. Aussi, dans un futur proche, les robots industriels devraient-ils être plus faciles à programmer grâce à des procédures intuitives, ouvrant le marché aux petites et moyennes entreprises qui vont pouvoir automatiser leurs processus sans recourir à du personnel hautement qualifié, anticipe l’IFR. Tous ces développements préfigurent la troisième grande évolution robotique, la collaboration entre humains et machines sans barrières de protection, offrant ainsi de nouvelles approches en termes de flexibilité des processus de production. A l’avenir, ce type de collaboration devrait ouvrir la voie à des productions flexibles et automatisées de pièces hautement complexes en petites quantités.

Sur le même sujet