L'embarqué > Instrumentation > Instrum. générale > Digilent propose un oscilloscope en open source détaillé sur Kickstarter

Digilent propose un oscilloscope en open source détaillé sur Kickstarter

Publié le 08 février 2017 à 10:50 par François Gauthier        Instrum. générale

Digilent OpenScope

Connu dans le monde universitaire et de l’enseignement pour ses plates-formes de prototypage, ses cartes et ses modules comme les modules processeurs chipKIT basés sur des microcontrôleurs PIC32 de Microchip ou les minicartes périphériques Pmod, l’américain Digilent, filiale de National Instruments depuis 2013, vient de lancer un projet d’oscilloscope en open source déposé sur le site de financement participatif Kickstarter. Une initiative qui plonge ses racines dans les solutions d’instrumentation sur PC développées depuis plusieurs années par Digilent, comme l’oscilloscope sur bus USB baptisé Analog Discovery qui permet, grâce à un logiciel libre de droits, de transformer un PC en un appareil de mesure multifonction (analyseur logique, analyseur de spectre, générateur, voltmètre…).

Avec le projet OpenScope, Digilent va désormais plus loin en proposant une plate-forme d’instrumentation multifonction, programmable, capable de capturer, visualiser et analyser des signaux numériques et analogiques. Les données acquises étant transmises via un lien filaire USB ou une interface sans fil Wi-Fi sur un PC ou un smartphone. Cette plate-forme se présente sous la forme d’une carte, utilisable en tant que telle pour bâtir un instrument sur table ou comme carte de développement mise en œuvre en conjonction avec une carte Arduino et l'environnement de développement de Microchip. 

La carte OpenScope, de format carré (72 x 72 mm), est architecturée autour d’un microcontrôleur PIC32 MZ (MZ2048EFG124) de Microchip cadencé à 200 MHz et flanqué de 2 Go de mémoire flash et 512 Ko de RAM. La programmation et le débogage se font via une prise microUSB (et un circuit ad hoc de FTDI chip). Pour la partie spécifique à l’instrumentation, OpenScope offre deux voies d’acquisition de signaux sur 12 bits à 6,25 mégaéchantillons par seconde, pour une bande passante analogique d’entrée de 2 MHz. En sortie on trouve un générateur de fonctions doté d’une vitesse de 10 Méch./s pour une bande passante analogique du signal de 1 MHz.

Grâce à ces caractéristiques, associées au logiciel accessible en open source sur le Web Waveforms Live, écrit en JavaScript, la plate-forme se transforme selon les besoins en un oscilloscope analogique deux voies (avec son système de déclenchement programmable), un générateur de fonctions (sinus, carré, triangle…), un analyseur logique ou un enregistreur de données au fil de l’eau (data logger).

La disponibilité d’OpenScope qui a déjà réuni plus de 40 000 euros va s’étaler de mars à août 2017.

 

Sur le même sujet