L'embarqué > Marchés > Rachat > Constellations de satellites : le gouvernement britannique et l’opérateur indien Bharti reprennent OneWeb

Constellations de satellites : le gouvernement britannique et l’opérateur indien Bharti reprennent OneWeb

Publié le 06 juillet 2020 à 11:42 par Pierrick Arlot        Rachat

OneWeb

La société OneWeb, dont l’ambition est de lancer dans l’espace une constellation de 650 microsatellites afin d’assurer un accès Internet large bande bas coût aux zones rurales ainsi qu’aux industries ayant besoin d’une connectivité mondiale, va être reprise par un consortium mené par le gouvernement britannique (via le département des Affaires, de l’Energie et des Stratégies industrielles) et le groupe indien Bharti, propriétaire de Bharti Airtel, le 3e opérateur de radiocommunication mobile au monde avec 425 millions d’abonnés.

OneWeb s’était placé en mars dernier sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Une procédure qui permet aux entreprises de se réorganiser en cas de difficultés pour poursuivre leurs activités.

Estimée à un milliard de dollars (dont 500 M$ apportés par le gouvernement britannique), l’acquisition de OneWeb, qui devrait être finalisée au cours du quatrième trimestre 2020, vise à permettre à l’entreprise de relancer ses activités dès que possible et de continuer à déployer sa constellation de satellites. Pour l’heure, la société a réussi à placer sur orbite basse 74 satellites (dont 34 le 21 mars dernier). Au-delà, OneWeb dispose d’un spectre de fréquence au niveau mondial et d’une vingtaine de stations au sol terminées ou en cours d’installation et a déjà lancé la phase de développement de terminaux utilisateur pour divers marchés.

L’entreprise a pu aussi effectuer des démonstrations réussies de son système avec des débits large bande supérieurs à 400 Mbit/s et une latence de l’ordre de 32 millisecondes. De plus, affirme OneWeb, il existe aujourd’hui une demande pour des services de connectivité à haut débit et à faible latence tant de la part des gouvernements que de leaders des secteurs automobile, maritime, professionnel et aéronautique.

Le gouvernement britannique indique dans un communiqué, qu’il aura « le dernier mot sur toute vente ultérieure de l'entreprise et sur l'accès futur à la technologie OneWeb par d'autres pays en fonction des exigences de sécurité nationale ».

Sur le même sujet