L'embarqué > Logiciel > Start-up > CIL4Sys milite pour une ingénierie agile des systèmes électroniques embarqués

CIL4Sys milite pour une ingénierie agile des systèmes électroniques embarqués

Publié le 30 avril 2020 à 10:02 par François Gauthier        Start-up

CIL4Sys

[PORTRAIT DE START-UP] Créée en juin 2015 par Philippe Gicquel, la jeune société CIL4Sys, basée à Paris, s’est donné pour ambition d'accélérer l'innovation des produits et services dans l’automobile, le ferroviaire, le nucléaire… par le bais d’une ingénierie agile des systèmes. Et ce en s’appuyant sur une chaîne d’outils innovante permettant de concevoir visuellement, de vérifier par simulation et de spécifier un projet de systèmes embarqués complexes.

A l’origine du projet de CIL4Sys, on trouve les problématiques liées à l’écriture d’un cahier des charges fonctionnel, à la rédaction des exigences et à leur traduction concrète pour les fournisseurs, avec le problème sous-jacent d’efficacité des processus. Concevoir une électronique embarquée, notamment dans les automobiles, devient, on le sait, une opération de plus en plus complexe ; des dizaines de calculateurs électroniques reçoivent en temps réel des informations des environnements interne et externe de la voiture tout en communicant entre eux, afin de prendre en permanence des décisions, dont certaines impactent directement la sécurité.

Or, pour concevoir le comportement logique de tels systèmes et décider quelle architecture sera mise en œuvre, les industriels utilisent encore traditionnellement des spécifications textuelles, coûteuses en termes de temps de travail, et donc d’argent, sans être totalement fiables. La démarche typiquement pratiquée dans l’industrie aujourd’hui pour décrire le comportement des systèmes est in fine la rédaction de cahiers des charges avec des phrases, c’est-à-dire des exigences, qui se comptent par milliers. Pour aller plus loin et surmonter cette difficulté, CIL4Sys Engineering s’est inspiré des bonnes pratiques de l'industrie du logiciel et a transposé certains de ces principes à la conception de systèmes mécatroniques.

« Au cours des vingt dernières années, l'industrie du logiciel a fait des progrès considérables pour conceptualiser les systèmes complexes et mettre en place des processus de développement efficaces, explique Philippe Gicquel, fort de ses vingt-cinq années d’expérience dans le domaine de la R&D automobile. Et les enseignements issus de l'ingénierie logicielle peuvent être utilisés en ingénierie des systèmes mécatroniques dans le domaine des communications logiques entre les composants d'un système. »

Dans ce cadre, par exemple, l'utilisation de Scrum est une illustration d'un tel transfert de l'ingénierie logicielle vers l'ingénierie système. Scrum est un framework utilisé pour mettre en œuvre des méthodes agiles de développement et de gestion de projet, i.e. un ensemble de méthodes et de pratiques propres à chaque entreprise, mais fondées sur des principes de collaboration, d’autonomie et de mise en place d’équipes pluridisciplinaires.

CIL4Sys Engineering offre donc cette approche originale et outillée qui amène ces bonnes pratiques de l’industrie du logiciel et qui rend les processus de conception et d’ingénierie système plus efficaces. Selon la société, avec sa solution, l’ensemble d’une entreprise peut comprendre et intervenir sur la conception dès les premiers concepts car ils sont immédiatement simulés dans un environnement virtuel. Concrètement, avec la chaîne d'outils Sim4Sys de la start-up, la logique de comportement d’un système est décrite par des diagrammes, qui peuvent être vérifiés via la génération d’un code et d’un jeu de scénarios dans un monde virtuel, les exigences correspondantes étant générées automatiquement.

Ce processus outillé offre la possibilité de vérifier des exigences par la simulation, avant qu’elles ne soient générées automatiquement, et garantit leur robustesse. De plus, la conception est réalisée une seule fois dans les diagrammes au lieu d’avoir, comme c’est la pratique courante, une vérification a posteriori, dans un simulateur conçu par une autre équipe, ou à l’arrivée des premiers prototypes. Au-delà, l’exécution des scénarios dans un monde virtuel permet un partage de la conception en cours avec toutes les parties prenantes du projet et autorise un développement en mode agile. Enfin, le travail de personnalisation des outils procure un niveau d'efficacité accru pour les ingénieurs et diminue le niveau d’expérience nécessaire à la prise en main de la méthodologie.

Philippe Gicquel, fondateur de la société CIL4Sys

« Un jeune ingénieur est opérationnel après trois jours de formation et trois semaines de pratique, souligne Philippe Gicquel. Notre ambition a toujours été la simplification des outils pour les rendre accessibles à des non-spécialistes du développement logiciel. Un des atouts de cette démarche est que les ingénieurs voient, au sens littéral du terme, leurs travaux et peuvent les montrer et les partager avec d’autres équipes, alors que traditionnellement il faut lire des exigences, ce qui est parfois fastidieux, et plus difficilement partageable. »

Ce processus agile de conception système s’appuie dans Sim4Sys sur la mise en place d’une surcouche logicielle, fondée sur la mise en œuvre de modèles écrits en UML et/ou SySML au-dessus d’outils existants - Rhapsody d’IBM, Integrity Modeler de PTC et l’outil en open source issu du CEA Papyrus - pour concevoir, vérifier par simulation et spécifier.

Aujourd’hui CIL4Sys, fort d’ores et déjà d’une équipe de 14 personnes, propose des services d’ingénierie système, met en place le déploiement commercial de la chaîne d’outils Sim4Sys et offre un service d’accompagnement de la transformation du processus chez les entreprises qui adoptent cette approche. « Notre propositon est pertinente pour les équipes de conception de toute l’industrie, depuis la phase de “design thinking” en passant par le développement et jusqu’à la réalisation des prototypes et des préséries, précise Philippe Gicquel. L’offre est également adaptée au développement de services mettant en œuvre de nombreux systèmes d’information, comme par exemple des services de mobilité. » De grands comptes industriels comme PSA, Renault, Transdev, Alstom, SNCF ou EDF ont utilisé ou utilisent la chaîne d’outils Sim4Sys, tandis que le CEA Tech List est un partenaire technologique pour les développements des outils. Par ailleurs, CIL4Sys collabore étroitement avec plusieurs partenaires d’ingénierie comme les sociétés Sector, Scalian, Great Engineering et Genaris.

Pour l'heure CIL4Sys Engineering n’a pas souhaité procéder à une levée de fonds.

« L’objectif de CIL4Sys Engineering est de créer une relation à long terme avec chacun des utilisateurs de notre technologie, explique Philippe Gicquel. Dans ce cadre, nous sommes engagés dans un changement de modèle économique pour passer d’une société de services à un véritable éditeur de logiciels. »

Pour l’avenir, CIL4Sys va enrichir la visualisation 3D et l’utilisation de dispositifs de réalité virtuelle liés à sa chaîne d’outils, et apporter la notion de paramétrisation des scénarios de test et d’automatisation de l’exécution de jeux de tests en batch, tout en enrichissant sa bibliothèque d’algorithmes génériques pour toujours plus faciliter l’utilisation de Sim4Sys par les ingénieurs sans compétences en logiciel.

 

Sur le même sujet