L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Ceva lance un processeur à tout faire pour objets connectés aux réseaux mobiles

Ceva lance un processeur à tout faire pour objets connectés aux réseaux mobiles

Publié le 12 octobre 2016 à 09:58 par Pierrick Arlot        Composant  Ceva

Ceva-X1

Doté d’une faible empreinte silicium tout en restant polyvalent, le cœur de processeur Ceva-X1 que lance l’américain Ceva vise, si l’on en croit son concepteur, à simplifier la conception d’objets industriels et grand public connectés à bas débit à des réseaux radio cellulaires. Bâtie sur une architecture DSP+CPU à cœur unique, l’IP aurait été plus particulièrement développée pour répondre aux contraintes sévères d’encombrement, de consommation et de coût rencontrées dans les déploiements d’objets compatibles avec les récents standards LTE Cat-M1 (ex-eMTC, ex-LTE-M) et Cat-NB1 (ex-NB-IoT) ainsi qu’avec les futurs cas d’usage IoT 5G. C’est notamment le cas dans les domaines de la maison connectée, de la distribution « intelligente » d’électricité, de gaz et d’eau, du suivi d’actifs, des dispositifs électroniques portés sur soi, de la santé, de la sécurité et du contrôle/commande pour l’environnement, l’industrie ou l’agriculture.

Selon Ceva, la structure du cœur Ceva-X1 lui permet d’exécuter, éventuellement simultanément, des tâches IoT étroitement associées, comme l’exécution de protocoles Wi-Fi 802.11n, 802.11ac, Bluetooth/BLE, ZigBee/Thread, LoRa ou Sigfox, le traitement vocal à bande étroite, la géolocalisation (GNSS) ou la fusion de capteurs. Basé sur l’architecture New Ceva-X, le Ceva-X1 met à profit un jeu d’instructions qui, outre le traitement DSP, facilite en effet la prise en charge efficace de charges de travail logicielles de type CPU comme l’exécution de piles protocolaires ou le contrôle système.

L’IP de Ceva afficherait ainsi un score de 3,3 CoreMark/MHz au banc d’essai CoreMark du consortium EEMBC, à comparer aux 3,4 CoreMark/MHz atteints par le Cortex-M4, un cœur de microcontrôleur ARM typiquement utilisé pour la prise en charge de piles IoT. Du coup, le recours à un cœur de CPU distinct au sein d’une conception système basée sur le Ceva-X1 serait éliminé, gage de réduction des coûts, de baisse de la consommation et de facilité de programmation.

Selon Ceva, le dernier-né des cœurs de processeur de Ceva permet néanmoins aux fabricants de SoC de se différentier via l’interface évoluée Ceva-Connect qui ouvre la possibilité de décharger le Ceva-X1 de certaines tâches liées au plan de contrôle ou au plan utilisateur et de les basculer sur des blocs d’accélération matériels (d’origine Ceva ou propriétaires) comme, par exemple, le décodage Turbo Cat-M1.

Afin d’illustrer les capacités du Ceva-X1, Ceva cite l’exemple d’une montre intelligente où l’intégralité du modem radio Cat-NB1 (protocoles et couche PHY), associé à une fonction GPS, se satisferait d’une fréquence de fonctionnement de 150 MHz tout en laissant suffisamment de « place » pour l’exécution de fonctions additionnelles comme la fusion de capteurs. Le processeur IoT Ceva-X1, ainsi que les composants NB-IoT dédiés (proposés en option), sont d’ores et déjà accessibles sous licence auprès de l’Américain.

Sur le même sujet