L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Avec un téraflops au compteur, le Tegra X1 de Nvidia cible les voitures autonomes

Avec un téraflops au compteur, le Tegra X1 de Nvidia cible les voitures autonomes

Publié le 06 janvier 2015 à 09:50 par Pierrick Arlot        Composant  Nvidia

Tegra X1 de Nvdia

Quelques heures avant l’ouverture officielle du CES 2015 à Las Vegas, l’américain Nvidia, bien connu pour ses architectures graphiques, a dévoilé le Tegra X1, le dernier-né de la famille de processeurs Tegra que la société destine « aux produits embarqués, aux terminaux mobiles, aux machines et robots autonomes ainsi qu'aux applications automobiles ».

Bâti sur l’architecture graphique Maxwell, celle-là même mise en œuvre dans la récente carte graphique haut de gamme GeForce GTX 980, le Tegra X1 offre des performances doublées par rapport à celles du Tegra K1 lancé l’année dernière et basé sur l’architecture de génération précédente Kepler. Gravé en technologie 20 nm, le nouveau membre de la famille Tegra intègre de fait 256 unités de traitement graphique Maxwell et quatre cœurs ARM 64 bits Cortex-A57 contre 192 GPU Kepler et cinq Cortex-A15 32 bits pour son aîné.

Supportant les principaux standards graphiques du marché (Unreal Engine 4, DirectX 12, OpenGL 4.5, Cuda, OpenGL ES 3.1, Android Extension Pack…), le Tegra X1, dont la disponibilité officielle est prévue d’ici à la mi-2015, est censé afficher une puissance de traitement supérieure à 1 Tflops pour une enveloppe thermique inférieure à 10 W.

Lors du lancement du Tegra X1, Nvidia a nettement mis l’accent sur les potentialités de son processeur dans le domaine de l’automobile. Celui-ci sera d’ailleurs le pivot central de la plate-forme de calcul pour voitures autopilotées Drive PX, également annoncée par l’Américain lors du CES (voir photo ci-dessous). Cette plate-forme de développement architecturée autour de deux Tegra X1 accepte des signaux vidéo en provenance d’un maximum de 12 caméras embarquées haute résolution différentes et peut traiter jusqu’à 1,3 milliard de pixels par seconde. Des capacités qui, selon Nvidia, permettent à une voiture de trouver en toute autonomie une place de parking libre dans un garage et de se garer sans intervention humaine (les actions inverses étant évidemment possibles). La plate-forme dispose également de fonctions d’apprentissage dites « en profondeur » (deep learning) afin que l’automobile puisse différentier différents types de véhicules (et agir en conséquence).

Le processeur Tegra X1 est également au centre de la plate-forme de développement Drive CX dédiée, elle, aux tableaux de bord numériques évolués avec fonctions d’info-divertissement, affichage tête haute, rétroviseurs virtuels et autres systèmes de divertissement multimédias pour sièges arrière.

 

 

Sur le même sujet