L'embarqué > Marchés > Perspective > Automobile : les systèmes de localisation par satellite à moins de 1 cm banalisés dès 2021?

Automobile : les systèmes de localisation par satellite à moins de 1 cm banalisés dès 2021?

Publié le 26 septembre 2016 à 12:01 par François Gauthier        Perspective

ABI Research GNSS

Les systèmes de géolocalisation par satellite GNSS (Global Navigation Satellite System) de précision et de faible coût seront généralisés dans les voitures autonomes, les drones et même les smartphones à l’horizon 2021, selon une étude récente du cabinet d’études ABI Research. Ce sera l’automobile qui, selon la société d'analystes, sera le moteur de cette banalisation, avec des systèmes GNSS dotés d’une précision inférieure au centimètre, condition essentielle à la sécurité des futurs véhicules autonomes.

« Actuellement, dans le domaine automobile, beaucoup de technologies sont en cours d’analyse par les constructeurs et les équipementiers, explique Patrick Connolly, analyste principal chez ABI Research. Nous pensons que les automobiles de demain seront équipées de systèmes hybrides combinant capteurs lidar, technologies de fusion de capteurs, systèmes de vision, cartes géographiques à haute définition et systèmes de positionnement par satellite de grande précision. Dans ce contexte, dès que le coût des modules de réception des signaux satellite passera sous la barre des 50 dollars, nous voyons une utilisation immédiate des systèmes GPS de haute précision dans les véhicules haut de gamme pour des applications d’affichage tête haute, associés à de la réalité augmentée (d’où les besoins de localisation), et pour des systèmes de communication de véhicule à véhicule (V2V). »

Au-delà des automobiles, ABI Research anticipe aussi l’arrivée des systèmes de localisation de haute précision dans les drones civils, et même dans les smartphones haut de gamme. Avec comme frein principal à cette adoption le coût des récepteurs.

« La principale question n’est pas relative au coût des récepteurs mais bel et bien à la réalisation d’une couverture satellitaire mondiale fiable, capable de supporter des techniques de correction avancées comme le RTK (Real Time Kinematic) ou le PPP (Precise Point Positioning) », tient cependant à préciser Patrick Connolly. Or il s’agit ici d’investissements majeurs sans forcément de retours sur investissements rapides. »

Côté fournisseurs de technologies de récepteurs GPS de précision, Trimble et Novatel tiennent pour le moment le haut du pavé (avec la maîtrise des technologies de correction notamment). Quant aux fournisseurs de modules pour le grand public, y compris l’automobile, u-Blox et Skytraq qui développent des récepteurs bas coût monofréquences dotés des corrections RTK et PPP sont les mieux placés actuellement, ajoute ABI Research. Mais d’autres fournisseurs comme STMicroelectronics, Broadcom et Qualcomm semblent vouloir être actifs sur ce créneau. Sans compter de jeunes sociétés comme North Surveying, NVS Technologies, REACH et Swift Navigation qui tentent de se faire une place au soleil avec des approches innovantes.

Parallèlement, sur le domaine très compétitif de la localisation de précision, les géants de l’Internet comme Google et Alibaba (en Chine) ne restent pas inactifs. Le premier offre des facilités de développement de tels dispositifs aux développeurs, tandis qu'Alibaba s’implique dans la technologie des réseaux CORS (Continuous Operating Reference Stations, stations de référence à fonctionnement continu ) en Chine.

Sur le même sujet