L'embarqué > Matériel & systèmes > Sous-système > Arrow propose une carte bas coût pour les “makers” basée sur un FPGA d’Intel

Arrow propose une carte bas coût pour les “makers” basée sur un FPGA d’Intel

Publié le 28 mars 2017 à 11:49 par François Gauthier        Sous-système Arrow

Arrow Max10

Pour tous ceux qui se lancent dans le prototypage d’applications de l’IoT, la présence d’un FPGA sur des cartes de développement à bas coût peut être un avantage pour optimiser un algorithme, obtenir des performances élevées en terme de temps de traitement, configurer finement un code applicatif, etc. C’est ce que propose Arrow avec une carte de petite taille, destinée aux étudiants, aux start-up mais aussi à des développeurs confirmés, et basée sur un FPGA MAX10 d’Intel (une technologie issue d’Altera). La carte référencée MAX1000 s’utilise en tant que plate-forme autonome, intégrée par la suite dans une application propriétaire, ou bien comme une carte fille insérée sur une carte porteuse par le biais d’un connecteur à deux rangées, conforme aux spécifications Arduino MKR.

Le FPGA MAX10 de la carte offre pour la programmation 800 éléments logiques associés dans un circuit SoC à une mémoire flash de 1 Mo, un convertisseur anagogique/numérique sur 12 bits et une alimentation sous 3,3 V. Une mémoire SRam embarquée, des blocs de calcul de type DSP et un cœur de processeur Nios, pour accueillir des tâches classiques d’un microcontrôleur, complètent l’ensemble.

Une prise USB permet de programmer directement la carte et de gérer les phases de débogage à partir d'un poste de travail équipé de l’environnement de développement Quartus d’Intel dans sa version gratuite Prime Lite. L’alimentation de la carte MAX1000 se fait en 5 V via un port USB ou via une alimentation externe connectée sur une broche distincte, un convertisseur DC/DC Enpirion intégré assurant la conversion en 3,3 V. Un oscillateur Mems fournit l’horloge pour le FPGA et le port USB, et un capteur Mems d’accélération 3 axes de faible consommation peut être utilisé pour la détection de positions et de mouvements.

Enfin, un connecteur Pmod fournit des options de connectivité additionnelles (vers des capteurs, pour un lien radio…).

Des didacticiels de mise en œuvre d’applications sur un FPGA, des exemples d’applications concrètes avec du code embarqué sur le processeur Nios sont en outre livrés par Arrow avec la carte.

Sur le même sujet