L'embarqué > Marchés > Rachat > ADLink s’offre PrismTech, spécialiste des intergiciels de communication distribués pour l’IoT industriel

ADLink s’offre PrismTech, spécialiste des intergiciels de communication distribués pour l’IoT industriel

Publié le 15 décembre 2015 à 11:00 par Pierrick Arlot        Rachat PrismTech

Logo PrismTech

Le fabricant de modules, cartes, sous-systèmes et systèmes prêts à l’emploi pour les secteurs de l’embarqué ADLink va mettre la main sur la société britannique PrismTech afin de renforcer son offre en plates-formes logicielles pour l’Internet des objets industriel. Créé en 1992 et présent aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en France, PrismTech est spécialisé dans la fourniture d’intergiciels d’échange et de partage de données distribués conformes aux standards Corba et DDS (Data Distribution Service) de l’OMG (Object Management Group). Des types de middlewares utilisés typiquement dans les industries soumises à de fortes contraintes de fiabilité et de performances (automatismes industriels, énergie, transports, aérospatial, Défense, ville intelligente…).

Vortex, le produit phare de PrimsTech, est décrit comme une plate-forme intelligente de type cloud permettant l’échange sécurisé et interopérable de données en temps réel à l’échelle d’Internet. La version Vortex 2.0, récemment lancée, est censée assurer le partage de données sans couture entre systèmes embarqués, serveurs Web, terminaux mobiles et ordinateurs d’entreprise et offrir un support idéal aux architectures informatiques en nuage (cloud computing) et géodistribuées (fog computing) (voir schéma ci-dessous). Les plates-formes logicielles du Britannique apparaissent donc de ce fait complémentaires à l’offre de solutions embarquées d’ADLink pour le marché des équipements connectés, des passerelles intelligentes et des services cloud.

Sous la houlette de la firme taïwanaise, PrismTech, qui est l’une des premières sociétés à avoir rallié l’Industrial Internet Consortium créé en mars 2014 par AT&T, Cisco, GE, IBM et Intel, devrait continuer ses activités en tant que division semi-autonome. A ce titre, la société, qui s’est toujours vantée d’être agnostique vis-à-vis des architectures matérielles, devrait continuer de travailler avec les fournisseurs de technologies, d’OS temps réel et d’équipements proposant des produits complémentaires de la plate-forme Vortex. « Associés, ADLink et PrismTech peuvent désormais proposer toutes les briques de base logicielles et matérielles nécessaires à la prochaine phase de développement de l’Internet des objets industriel », s’est réjoui Jim Liu, le CEO de la firme asiatique.

A noter que PrismTech, dont l’effectif s’élève à une centaine d’employés, est aussi présent sur le marché des outils et plates-formes de développement et de test pour architectures radio logicielles implémentées dans les équipements de communication sans fil. La société est également l'un des membres du groupement industriel français S3P (Smart, Safe and Secure Software Development and Execution Platform) dont l'objectif est de développer et de promouvoir la plate-forme logicielle de développement et d'exécution éponyme pour un Internet des objets fiable, sécurisé, sûr, agile et portable.

 

 

Sur le même sujet