L'embarqué > Marchés > Perspective > 12 millions d’enceintes connectées pourraient être vendues lors du dernier trimestre 2017

12 millions d’enceintes connectées pourraient être vendues lors du dernier trimestre 2017

Publié le 16 octobre 2017 à 12:43 par Pierrick Arlot        Perspective

Enceinte connectée Amazon

Selon Strategy Analytics, les enceintes connectées, associées à des assistants vocaux virtuels et proposées par des sociétés comme Amazon, Sonos ou Google, ont très nettement le vent en poupe. En raison de la diversité des produits proposés et de leur disponibilité dans un nombre toujours plus important de pays, il devrait s’en vendre près de 12 millions lors du seul dernier trimestre 2017, portant le nombre total d’enceintes connectées commercialisées cette année à 24 millions d’unités.

Si l’on en croit la société d’analystes, 68% des produits vendus en 2017 seront compatibles avec la plate-forme Alexa d’Amazon, l’assistant numérique de Google s’arrogeant un peu plus de 20% du gâteau. Si les géants de l’informatique et des télécoms que sont Amazon, Google ou Baidu s’accapareront la très grande majorité des ventes d’enceintes connectées cette année, leur part de marché cumulée devrait toutefois décroître insensiblement d’ici à 2020 pour tomber à moins de 70% cette année-là. Cette tendance s’explique par la volonté de ces poids lourds de laisser à d’autres équipementiers le soin de développer et fabriquer ces produits matériels afin de se concentrer sur l’optimisation de leurs assistants personnels virtuels (qui devraient bien évidemment constituer le nerf de la guerre qui s’annonce).

« Les fabricants sont encore clairement dans une phase d’expérimentation quant à savoir quelle combinaison de fonctionnalités, de format physique et de prix sera la plus à même de déclencher une adoption massive des enceintes connectées, ajoute Joe Branca, analyste chez Strategy Analytics. Evidemment il est peu probable qu’il existe à terme une solution unique qui convienne à tous les usages au vu des grandes disparités entre les budgets des consommateurs, les niveaux de qualité audio recherchés et les préférences en matière d’écosystème pour les assistants virtuels. »

 

Sur le même sujet