L'embarqué > Marchés > Perspective > 1,7 million de nouveaux robots seront installés dans les usines d’ici 2020 selon l’IFR

1,7 million de nouveaux robots seront installés dans les usines d’ici 2020 selon l’IFR

Publié le 03 octobre 2017 à 09:55 par François Gauthier        Perspective

Etude IFR Robots

Selon une étude de la Fédération internationale de robotique (IFR, International Federation of Robotics), d’ici 2020, pas moins de 1,7 million de nouveaux robots vont être installés dans les usines à travers le monde. A l’origine de cette forte accélération, on trouve notamment, d'après l’IFR, la montée en puissance du mouvement Industrie 4.0 dans l’univers de la production, avec l'exigence de fabriquer avec une flexibilité accrue pour s’adapter au plus près de la demande, l’automatisation de la fabrication de petites et moyennes séries et l’arrivée de systèmes de location de robots proposés par les constructeurs (ce qui va faciliter leur adoption dans des unités de petite taille).

L’IFR note aussi que les fabricants de robots développent et commercialisent déjà de nouveaux modèles de services reposant sur la collecte de données en temps réel par des capteurs présents sur les robots. Entraînant de ce fait un marché en croissance rapide pour la robotique connectée au nuage qui servira par exemple à comparer et à optimiser les paramètres du mouvement de divers robots (angle, force, vitesse…) implantés sur différents sites.

D’un point de vue géographique, la croissance la plus forte dans l'industrie de la robotique se trouve en Asie, la Chine étant le premier marché mondial. En 2017, les installations de robots devraient augmenter de 21% dans cette région, alors qu’aux Etats-Unis l’approvisionnement en nouveaux robots augmentera de 16%, contre 8% en Europe.

D’un point de vue quantitatif, l’IFR estime que la base installée mondiale de robots industriels opérationnels passera d'environ 1,828 million à la fin de 2016 à 3,053 millions d’unités en 2020. Ce qui représente un taux de croissance annuel moyen de 14%. Depuis 2016, le plus grand nombre de robots industriels en exploitation est situé en Chine, note l’IFR, et en 2020, cela représentera environ 950 300 unités, soit nettement plus qu'en Europe (611 700 unités). Parallèlement, la base installée de robots japonais augmentant légèrement entre 2018 et 2020, ce sont environ 1,9 million de robots qui seront opérationnels en Asie en 2020. Soit l’équivalent du parc mondial de robots en 2016.

Aujourd’hui, selon l'IFR, cinq grands marchés géographiques ont représenté 74% du volume total des ventes en 2016 : la Chine, la Corée du Sud, le Japon, les États-Unis et l’Allemagne. La Chine représentait une part de marché de 30% en 2016, alors que la Corée du Sud, deuxième plus grand marché au monde en raison des investissements de l’industrie électrique et électronique dans les robots, possède le plus haut niveau de densité de robots au monde.

Le Japon de son côté demeure le premier constructeur de robots au monde avec une production qui a plus que doublé, passant de 73 900 unités en 2010 à 152 600 unités en 2016 (pour 52% de l’offre mondiale en 2016). Aux États-Unis, la densité de robots a considérablement augmenté, en particulier dans l’industrie automobile, plaçant le pays de l'oncle Sam à la deuxième position derrière la Corée du Sud. Enfin, l'Allemagne est le cinquième plus grand marché de robots au monde et, de loin, le plus grand en Europe (près de 5 fois plus important que la France). L’approvisionnement annuel et le parc opérationnel des robots industriels en 2016 en Allemagne ont représenté respectivement 36% des ventes totales de robots en Europe et 41% du parc total européen.

« Les robots offrent aujourd’hui des niveaux de précision élevés et leur connectivité jouera un rôle clé dans les nouveaux environnements numériques de fabrication, déclare Joe Gemma, président de la Fédération internationale de robotique. L'augmentation de la disponibilité de ces nouvelles générations de robots, plus faciles à uitliser et à programmer que les générations précédentes, permet à de plus en plus dd'entreprises de toutes tailles de se lancer dans l'automatisation de leurs ateliers, sans avoir forcément à disposition une équipe d’ingénieurs spécialisés en robotique ».

 

 

Sur le même sujet