L'embarqué > Normes & spécifications > Architecture > Un train conduit à distance a roulé à 70 km/h sur une voie commerciale fin juin

Un train conduit à distance a roulé à 70 km/h sur une voie commerciale fin juin

Publié le 08 juillet 2021 à 11:36 par Pierrick Arlot        Architecture Thales

Téléconduite SNCF

Dans le cadre du projet TC-Rail (Télé-Conduite sur Rail) lancé fin 2017 par la SNCF, l’IRT (Institut de recherche technologique) Railenium, Thales, Actia Telecom et le Cnes, et deux ans après les premiers essais, un train conduit à distance a roulé à 70 km/h sur une voie commerciale fin juin en exploitant les complémentarités des technologies de communication 4G et satellite.

Le projet TC-Rail vise à démontrer la possibilité de conduire un train avec un conducteur au sol potentiellement éloigné, et ce en maintenant un très haut niveau de sécurité. Dans son principe, la téléconduite, qui doit permettre de reprendre le contrôle à distance pour gérer certains modes dégradés, s’appuie sur la communication entre le train et un site à distance, et le développement d’une interface homme-machine (IHM) adaptée.

L’enjeu pour le consortium à la manœuvre était de disposer du meilleur réseau de communication tout au long du trajet du train. Pour cela, l’hybridation des technologies s’est présentée comme une solution de choix avec un basculement automatique entre trois types de transmission : la 4G du réseau privé installé par la SNCF, la 4G des opérateurs (avec le système Eiji by Thales) et le satellite. Dans le cadre du projet, Thales a donc apporté son expertise dans les technologies de satellites en orbite basse avec sa solution MissionLINK (qui exploite le réseau Iridium Certus) ainsi que la connectivité nationale et sécurisée sur réseau 4G/LTE à travers son offre Eiji.

Selon le groupe français, la complémentarité des transmissions satellite et 4G constitue une étape importante pour le secteur ferroviaire, et s’avère une brique essentielle qui permettra, dans un proche avenir, d’offrir un service de téléconduite.

Depuis son lancement en 2017, le consortium a initié des travaux de recherche et développement en menant en parallèle de nombreux essais terrain. Pour mener à bien ces essais, l’équipe projet disposait d’un train composé d’une locomotive Fret équipée d’un système permettant la conduite à distance et d’une voiture laboratoire pour réaliser les mesures et les tests à bord. La téléconduite s’effectuait depuis un site de conduite à distance déployé en gare de Vigneux-sur-Seine (91).

Avec la SNCF, les partenaires du projet indiquent avoir réalisé ces derniers mois une trentaine de circulations d’essai dans différents contextes ferroviaires en Ile-de-France : voie de service dans un triage de fret, voie classique en région parisienne et voie unique non électrifiée. En parallèle des études sur le système de communication hybride, des travaux et des essais ont par ailleurs permis de mettre au point un système de vision avec de nouvelles caméras plus performantes et des solutions innovantes de traitement et de diffusion en temps réel des flux d’images. Ce système offre au téléconducteur un meilleur rendu (dynamique, luminosité et colorimétrie) des situations réelles, précise Thales qui assure que l’ensemble des travaux réalisés au cours du projet devrait permettre d’envisager un futur déploiement du service de téléconduite. Un service présenté comme une brique indispensable au futur train autonome.

Sur le même sujet