L'embarqué > Matériel & systèmes > Connectivité > Thales Alenia Space va construire la constellation de 298 satellites en orbite basse de Telesat

Thales Alenia Space va construire la constellation de 298 satellites en orbite basse de Telesat

Publié le 10 février 2021 à 12:04 par Pierrick Arlot        Connectivité Thales

Telesat Lightspeed

L’opérateur de satellites canadien Telesat, dont l’ambition est d’offrir à partir de 2023 des services professionnels sécurisés large bande et faible latence au travers d’une constellation initiale de 298 satellites en orbite basse, vient de retenir Thales Alenia Space comme maître d’œuvre du projet baptisé Lightspeed. Selon Telesat, Lightspeed a été optimisé pour répondre aux besoins croissants de connectivité à haut débit exprimés par des opérateurs de réseaux fixes et mobiles, des utilisateurs des secteurs aéronautique et maritime, ainsi que des  gouvernements et des entreprises.

Les premiers satellites de la constellation, qui exploitera la bande Ka réservée à cet effet par Telesat, devraient être lancés dans environ deux ans et les services commerciaux pourraient être proposés à partir du second semestre 2023.

Dans ce cadre, Thales Alenia Space fournira non seulement les segments spatial et de mission, mais la société franco-italienne, détenue à 67% par le groupe Thales, sera également responsable des performances réseau de bout en bout.

Dans un premier temps, le segment spatial de Lightspeed comprendra 298 satellites d’environ 700 kg placés en orbite polaire ainsi qu’en orbite inclinée à une distance de la Terre légèrement supérieure à 1 000 km. Le réseau offrira une capacité globale de 15 térabits par seconde dans le monde entier et un débit par terminal  jusqu’à 7,5 Gbit/s.

Selon Thales Alenia Space, la constellation en orbite basse Lightspeed repose sur une architecture innovante et des technologies de nouvelle génération, aptes à fournir un très haut niveau de performance et de flexibilité dans l’allocation des capacités. Les satellites seront notamment équipés d’antennes réseau à commande de phase capables de repositionner dynamiquement les faisceaux jusqu’à un millier de fois par seconde. On y trouvera aussi de fortes capacités de traitement embarquées pouvant traiter de multiples largeurs de bande (avec modulation et démodulation numériques à bord) ainsi que des liaisons laser inter-satellites (près de 1 200 pour l’ensemble de la constellation) afin d’assurer une couverture de service sur l’ensemble du globe.

Ces interconnexions entre les satellites de la constellation fourniront ainsi un maillage recouvrant l’intégralité de la surface du globe, y compris au-dessus des océans et des pôles, tout en offrant un haut niveau de sécurité de service de bout en bout, détaille Telesat. Ces liaisons ont aussi vocation à optimiser le segment sol en réduisant le nombre de stations au sol et en offrant plus de liberté quant à leur implantation, ainsi que la possibilité de les déployer au gré de la montée en puissance du réseau. Enfin un environnement d’exploitation réseau de bout en bout combinant logiciels à la fois au sol et à bord devrait assurer une exploitation maximale des ressources système.

La flexibilité de cette architecture, assure Thales Alenia Space, est un facteur essentiel de sa compétitivité, en permettant l’optimisation de la capacité allouable vis-à-vis de la demande, cette dernière pouvant varier sensiblement dans le temps et l’espace, notamment entre les zones de forte densité comme les aéroports et les zones moins denses comme les campagnes.

Sur le même sujet