L'embarqué > Marchés > Rachat > SpaceX, la société d’Elon Musk, absorbe Swarm, un opérateur de nanosatellites conçus pour l’IoT

SpaceX, la société d’Elon Musk, absorbe Swarm, un opérateur de nanosatellites conçus pour l’IoT

Publié le 17 août 2021 à 10:05 par Pierrick Arlot        Rachat

SpaceX, la société d’Elon Musk, absorbe Swarm, un opérateur de nanosatellites conçus pour l’IoT

Selon un document déposé auprès de la FCC, le régulateur américain des télécoms, la société SpaceX, fondée par Elon Musk, a pris cet été le contrôle de la start-up Swarm Technologies, créée en 2016 avec l’ambition de déployer d’ici à la fin 2021 150 nanosatellites pour répondre aux besoins de l’Internet des objets (lire notre article ici). D’après ce même document, Swarm va devenir une filiale à 100% de SpaceX et céder à ce dernier les licences de fréquences obtenues en 2019 auprès de la FCC pour l’exploitation de sa constellation.

Pour l’heure, plus de 70 satellites SpaceBEE au format particulièrement compact (11 x 11 x 2,8 cm pour 400 grammes) sont déjà en orbite basse autour de la Terre. Selon Swarm, ils sont optimisés pour assurer des communications IoT bidirectionnelles avec des objets connectés sur des marchés comme l’automobile (pour l’échange de messages de diagnostic ou d’urgence), l’agriculture, le transport maritime de conteneurs, la surveillance de l’eau, le comptage d’énergie, voire l’échange de messages textuels entre personnes dans des zones aujourd’hui non couvertes par des infrastructures terrestres de communication sans fil.

Début 2021, la société de semi-conducteurs Semtech, propriétaire de la technologie de communication radio LoRa, avait dévoilé que Swarm avait intégré des composants LoRa dans sa solution de connectivité pour l’échange de données entre, d'un côté, les modems Swarm Tile (photo ci-contre) embarqués dans les objets connectés au sol et, de l'autre, les satellites SpaceBEE. La technologie LoRa est déployée ici dans les bandes de fréquence VHF utilisées pour les liaisons montante et descendante entre le sol et les satellites (137-138 MHz pour le sens descendant, 148-149,5 MHz dans le sens montant). Les modems Swarm Tile, qui peuvent stocker jusqu’à 2 000 messages utilisateur en attente d’émission, embarquent également un récepteur GPS.

Selon Semtech, le réseau Swarm, de type store-and-forward (les satellites peuvent stocker 4 000 messages le temps d’arriver en vue d’une station Swarm au sol), est déjà commercialement opérationnel avec une couverture mondiale à 100%.

On se souviendra que SpaceX déploie actuellement sous le nom de Starlink une constellation de plusieurs milliers de minisatellites de communication en orbite basse afin d’offrir un service Internet à haut débit partout sur la planète. A ce titre, les services proposés par Swarm et optimisés pour l’Internet des objets devraient venir en complément de l’offre Starlink.

Le réseau Swarm

Sur le même sujet