L'embarqué > Marchés > Perspective > Les dépenses mondiales en dispositifs électroniques portés sur soi vont progresser de plus de 18% en 2021

Les dépenses mondiales en dispositifs électroniques portés sur soi vont progresser de plus de 18% en 2021

Publié le 14 janvier 2021 à 12:17 par Pierrick Arlot        Perspective

Smart-Patch

[EDITION ABONNES] Les consommateurs vont dépenser 81,5 milliards de dollars en 2021 pour s’offrir des dispositifs électroniques portés sur soi (wearables), une somme de 18,1% supérieure à celle de 2020, estimée à 69 milliards de dollars. Une croissance qui Gartner explique par l’augmentation du télétravail et l’intérêt du grand public pour la surveillance de la santé en cette période de pandémie. « La mise en place de mesures de santé pour détecter soi-même les symptômes de la Covid-19, ainsi que l'intérêt croissant des consommateurs pour leur santé et leur bien-être personnels pendant les épisodes de confinement, ont profité de manière significative au marché des wearables, indique Ranjit Atwal, directeur d’enquête pour la société d’études. Les casques, écouteurs et autres oreillettes, ainsi que les montres intelligentes, connaissent une croissance particulièrement robuste, car les consommateurs s’appuient sur ces dispositifs électroniques pour le travail à distance, les activités de remise en forme, le suivi de la santé, etc. »

Selon Gartner, les dépenses en matière de produits de type « hearables » ont augmenté de 124% en 2020 à hauteur de 32,7 milliards de dollars et devraient atteindre 39,2 milliards de dollars en 2021 (voir tableau ci-dessous). Une croissance massive qui peut être largement attribuée aux télétravailleurs qui mettent à niveau leurs écouteurs pour les appels vidéo et aux consommateurs qui se procurent des oreillettes pour les utiliser avec leurs smartphones. Parallèlement, les dépenses des utilisateurs sur le marché des montres intelligentes ont augmenté de 17,6% pour atteindre 21,8 milliards de dollars en 2020. Cette progression va se poursuivre cette année, assure la société d’études alors que les nouvelles technologies de processeur et les améliorations apportées aux batteries à semi-conducteurs continuent d’améliorer l’autonomie et raccourcissent les durées de recharge.

A noter que Gartner a ajouté pour la première fois à son panorama les patches intelligents car ils devraient connaître une croissance significative en 2021. Ces patches sont en fait des capteurs de surveillance de la santé non invasifs que l’on colle à la surface de la peau et qui sont utilisés pour mesurer température, fréquence cardiaque, glycémie et autres statistiques vitales plus efficacement que d’autres technologies portables. Ils peuvent également servir à administrer à distance des médicaments, tels que l'insuline pour les patients diabétiques.

« Les patches intelligents existent depuis un certain temps, mais leur adoption a été lente en raison du strict respect de la réglementation et de la résistance des utilisateurs et du personnel médical à l’administration automatisée de médicaments, précise Ranjit Atwal. Le passage à l'e-santé, en particulier pendant la pandémie de Covid-19, va transformer la perception des utilisateurs vis-à-vis des patches intelligents. »

Gartner note par ailleurs que les progrès de la miniaturisation jouent aussi un rôle non négligeable sur le marché des wearables en permettant aux fabricants d'intégrer des capteurs dans des produits qui sont presque invisibles pour l'utilisateur final, tels que l'Oura Ring, le Spire Health Tag ou le Proteus Discover. Ainsi, d'ici à 2024, les capacités de miniaturisation progresseront à un point tel que 10% de toutes les technologies portées sur soi deviendront imperceptibles pour l'utilisateur.

« Les progrès continus en matière de miniaturisation et d'intégration permettront de nouveaux cas d'usage et contribueront à l'adoption de vêtements intelligents, de dispositifs portables imprimés, de produits pouvant être ingérés et de patches intelligents, conclut Ranjit Atwal. Ces dispositifs discrets et presque invisibles seront particulièrement acceptés par les utilisateurs traditionnellement réticents à leur utilisation, tels que les patients âgés qui ont besoin de traitements médicaux mais qui ne veulent pas attirer l'attention sur le dispositif qu’ils portent ou sur leur maladie. »

Sur le même sujet