L'embarqué > Logiciel > Développement > Le kit de développement “universel” de MikroE prend désormais en charge les microcontrôleurs Kinetis de NXP

Le kit de développement “universel” de MikroE prend désormais en charge les microcontrôleurs Kinetis de NXP

Publié le 18 octobre 2021 à 12:28 par François Gauthier        Développement MikroElektronika

MikroElektronika SDK 2.0 Kineis NXP

La société MikroElektronika (MikroE), qui fournit des solutions matérielles et logicielles pour l’embarqué, enrichit son kit de développement logiciel multi-architecture mikroSDK 2.0 avec la famille des microcontrôleurs Kinetis de NXP. Pour rappel, cette approche permet aux concepteurs de systèmes embarqués d'essayer différents microcontrôleurs en changeant de module durant la phase de prototypage d’une application, sans avoir à investir dans différentes plates-formes matérielles ou apprendre de nouveaux outils. Avec le mantra “Apprenez pour une plateforme et codez pour toutes les autres”.

La plate-forme est désormais compatible avec 147 familles de microcontrôleurs du marché avec en complément un ensemble de bibliothèques logicielles open source, une API et des outils de développement logiciel unifiés, qui rendent le code d'application portable et réutilisable sur de nombreuses plateformes et architectures différentes, quasiment sans aucune modification du code, dixit MikroElektronika. L'ajout de la famille Kinetis de NXP, qui rejoint les PIC et PIC32 de Microchip et la famille STM32 de STMicroelectronics, porte le nombre de microcontrôleurs individuels pris en charge par mikroSDK 2.0 à plus de 1 500, allant des simples dispositifs 8 bits jusqu’aux 32 bits.

La solution mikroSDK 2.0 est en fait un kit de développement logiciel multiplateforme pour applications embarquées, qui fournit tout ce qui est nécessaire pour commencer le développement et le prototypage d’une application avec notamment des interfaces graphiques Click board de MikroElektronika pour dispositifs embarqués. Le développement rapide de logiciels est facilité par le fait que les développeurs n'ont pas à se préoccuper du code de bas niveau. Ce qui signifie que changer de microcontrôleur ou même de plateforme n'oblige pas les ingénieurs à redévelopper leur code pour une nouvelle architecture. Il leur suffit de changer de plateforme, d'appliquer le bon fichier de définition de carte, et le code de l'application fonctionnera après recompilation.

Sur le même sujet