L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Le français Inside Secure se sépare de ses microcontrôleurs sécurisés

Le français Inside Secure se sépare de ses microcontrôleurs sécurisés

Publié le 29 février 2016 à 11:18 par Pierrick Arlot        Conjoncture Verimatrix

Logo Inside Secure

A l’occasion de la publication de ses résultats 2015, le français Inside Secure, fabricant et éditeur de solutions de sécurité embarquées pour terminaux mobiles, équipements connectés et systèmes embarqués, a révélé être entré en négociations exclusives avec un possible repreneur en vue de lui céder son activité semi-conducteurs. Cette activité, qui regroupe tous les actifs relatifs au développement et à la commercialisation de circuits intégrés basés sur des microcontrôleurs à architecture sécurisée, ainsi qu’une équipe complète (recherche et développement, ventes, marketing, support), touche les secteurs de l’Internet des objets, de la lutte contre la contrefaçon et la protection des marques, le paiement EMV par carte à puce et l’accès sécurisé.

« Notre groupe n’a pas la dimension et l’assise financière suffisante pour développer notre activité dans les semi-conducteurs de façon pérenne, a commenté Amedeo D’Angelo, président du directoire d’Inside Secure. Nous sommes convaincus que les forces de l’entreprise et ses avantages compétitifs résident dans notre cœur de métier sur les logiciels et les éléments de propriété intellectuelle dédiés à la sécurité qui répondent à la croissance rapide dans le paiement et la banque mobile et dans l’Internet des objets, ainsi que dans le développement et le marketing de nos technologies différenciantes en matière de sécurité embarquée ».

Plus précisément, Inside Secure compte désormais s’appuyer sur plusieurs offres que la société estime stratégiques. Et la firme hexagonale de citer les lignes de produits de protection des logiciels et des applications qui ont bénéficié de l’acquisition en 2014 de Metaforic, ainsi que les solutions de gestion des droits numériques DRM (Digital Rights Management) et de sécurisation des communications VPN (Virtual Private Network), issues en partie du rachat en 2012 de l’américain Embedded Security Solutions. Inside Secure table aussi sur les blocs d’IP à intégrer directement au sein de processeurs d’application ou de SoC pour terminaux mobiles ou objets connectés.

La restructuration de la société, dont le coût est estimé à environ 4 millions de dollars et qui pourrait conduire à une réduction des effectifs de 15%, devrait être achevée au début du troisième trimestre 2016. En 2015, Inside Secure a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 70,1 millions de dollars (contre 125,4 M$ en 2014) pour un résultat opérationnel ajusté en perte de 21 millions de dollars.

Sur le même sujet