L'embarqué > Marchés > Rachat > Interfaces homme-machine : le britannique TouchNetix fusionne avec le norvégien MyWo et lève 11,5 M$

Interfaces homme-machine : le britannique TouchNetix fusionne avec le norvégien MyWo et lève 11,5 M$

Publié le 18 juin 2021 à 11:19 par François Gauthier        Rachat TouchNetix

TouchNetix MyWo

Le britannique TouchNetix, fournisseur de puces et de modules de détection pour interfaces homme-machine, a conclu une double opération financière avec le bouclage d'un financement de série A de 11,5 millions de dollars (*) et la constitution d'un "nouveau" TouchNetix (initié en mars de cette année) suite à la fusion avec le norvégien MyWo. Les deux sociétés collaboraient ensemble depuis 2016 pour développer des puces pour écrans tactiles de seconde génération.

D’un point de vue juridique, cette fusion débouche sur la création de la société norvégienne TouchNetix AS, avec TouchNetix Limited en tant que filiale britannique, pour un effectif de quelque 40 employés répartis dans six pays. TouchNetix, qui s’inscrit sur le marché des interfaces utilisateur sans contact et des technologies d'écran tactile, s’est développé au-delà des produits électroniques grand public avec, selon l'entreprise, une nette accélération des ventes en 2020. La société “fusionnée” devient ainsi un fabricant de semi-conducteurs et de systèmes complets avec des capacités de conception, de fabrication et de déploiement.

« Nous sommes soutenus par une large base d’investisseurs alors que nous mettons en œuvre nos semi-conducteurs sur plusieurs marchés internationaux, commente Vegard Wollan, le cofondateur de MyWo (société créée en 2016) et désormais directeur général de TouchNetix. La technologie d'écran tactile actuelle largement répandue connaît un grand succès, mais la demande d'une gamme complète de fonctionnalités, y compris le tactile, le sans contact, les capteurs de force, le contrôle haptique et la détection 3D créent un niveau de demande nouveau qui n’est pas satisfait par les fournisseurs habituels. »

Rappelons que TouchNetix, créé en 2010, autorise grâce à sa puce aXiom la conception d’écrans tactiles à revêtement épais, d’épaisseur variable, ou profilés, dans des formats non standard, tout en conservant une sensibilité uniforme sur toute la surface de l’écran. La société permet aussi d’aborder la notion de “toucher 3D” via la mise en œuvre de fonctions de détection de survol, de proximité et de force d’appui avec un contrôleur unique intégrant un contrôle haptique.

(*) Financement géré par Sparebank1 Markets avec Alliance Venture, Firda, Investinor, Investitude et Salvesen & Thams en tant qu’investisseurs institutionnels, associés à un petit groupe d’investisseurs privés

Sur le même sujet