L'embarqué > Marchés > Perspective > En 2018, le nombre d’objets connectés dépassera celui des téléphones mobiles, estime Ericsson

En 2018, le nombre d’objets connectés dépassera celui des téléphones mobiles, estime Ericsson

Publié le 02 juin 2016 à 11:07 par Pierrick Arlot        Perspective

IoT

Selon Ericsson, 2018 sera l’année où, pour la première fois, le nombre d’objets connectés dépassera celui des téléphones mobiles. Sachant qu’entre 2015 et 2021, le nombre de dispositifs IoT connectés devrait croître annuellement de 23% pour se hisser à hauteur de près de 16 milliards d’unités sur un total de 28 milliards de produits connectés en prenant en compte les PC, PC portables, tablettes, téléphones mobiles et téléphones fixes. C’est toutefois l’IoT cellulaire (avec des objets connectés par des technologies 2G/3G/4G/LTE-M/NB-IoT/5G…) qui progressera de manière la plus spectaculaire avec 1,5 milliard d’unités en 2021 (contre 400 millions en 2015), assure Ericsson. Parallèlement, le nombre d’objets IoT connectés par des procédés radio non cellulaires devrait passer de 4,2 milliards à 14,2 milliards d’unités.

Pour l’équipementier télécoms, l’Europe de l’Ouest mène clairement la danse en matière de connexions IoT avec une progression de 400% du nombre d’objets IoT d’ici à 2021. Un phénomène induit principalement par les évolutions de la réglementation, notamment dans le domaine des compteurs d’énergie communicants, et par la demande croissante en faveur des véhicules connectés générée par l’initiative eCall de la Communauté européenne.

Sur le marché de la téléphonie mobile, Ericsson anticipe un quasi-doublement du nombre d’abonnements pour smartphones d’ici à 2021 à hauteur de 6,3 milliards (contre 3,4 milliards en 2015). Ce nombre devrait dépasser celui des abonnements pour « simples » téléphones mobiles dans le courant du troisième trimestre 2016. Enfin, d’ici à la fin de l’année, le débit  crête des voies radio descendantes des réseaux LTE proposé par les opérateurs mobiles va dépasser la barre du gigabit par seconde, estime Ericsson qui table sur la disponibilité de terminaux mobiles compatibles d’abord au Japon, aux Etats-Unis, en Corée du Sud et en Chine.

 

Sur le même sujet