L'embarqué > Logiciel > Start-up > ECS3D développe le premier logiciel de conception de qualité industrielle adapté à la plastronique

ECS3D développe le premier logiciel de conception de qualité industrielle adapté à la plastronique

Publié le 20 novembre 2017 à 10:38 par Pierrick Arlot        Start-up

ECS3D logo

Créé en 2016, ECS3D a élaboré un logiciel de conception plastronique applicable à la fabrication de PCB (Printed Circuit Board) avec des technologies d’impression 3D et taillé pour des applications véritablement industrielles. La jeune société démarche en ce moment même de grands éditeurs afin de réunir des codeurs qui pourront développer concrètement l'outil Möbius. 

La plastronique, qui permet d’imprimer en 3D des pièces plastiques intégrant des pistes métalliques conductrices, est-elle la technologie d’avenir de l’électronique ? La réponse à cette question est sans nul doute affirmative pour les gros projets, quand on sait qu’avec les techniques actuelles, 80% du volume occupé par les cartes électroniques est… inutilisé. Encore faut-il qu’il existe sur le marché un logiciel de conception applicable à la fabrication de PCB (Printed Circuit Board) avec des technologies d’impression 3D et que ce logiciel soit taillé pour des applications véritablement industrielles. C’est justement à cette tâche que s’est attelée la jeune société aixoise ECS3D, créée en 2016 et dont le logiciel de conception plastronique Möbius a récemment été distingué par le prix Galilé 360°.

« L’évolution des produits électroniques ne cesse de tendre vers toujours plus de compacité et la plastronique ouvre justement la voie à des PCB beaucoup plus compacts pour une même quantité de cuivre, commente François Lévêque, le fondateur et dirigeant d’ECS3D. Dans un même volume, il est alors envisageable d’imprimer deux à huit fois plus de pistes reliant les composants et ce, de façon totalement libre, la limite étant alors fixé par la taille des composants électroniques eux-mêmes. Il en résulte des produits aux dimensions plus réduites, mais aussi plus légers, plus robustes et plus fiables, ce dernier critère étant particulièrement important dans des environnements contraints comme le nucléaire ou l’aérospatial. Avec la plastronique, on peut par exemple rigidifier le PCB et limiter les effets de vibrations, y intégrer des procédés de dissipation thermique, appliquer un blindage pour protéger la conception des interférences, etc. »

Fort de son expérience dans la conception de micro-ordinateurs tactiles durcis, le fondateur d’ECS3D sait de quoi il parle. En 2010 après l’obtention de son diplôme d’ingénieur en électronique et informatique à l’ISEN Toulon, il a rejoint la société IRTS basée, elle aussi, dans la cité varoise. Pour cette entreprise, il a conçu en intégralité l’électronique de l’ordinateur de bord du char Leclerc et celle de divers calculateurs tactiles pour DCNS, Airbus et Thales. « Dans ce cadre, j’ai été amené à me frotter à des contraintes électromagnétiques, thermiques et environnementales énormes, des problèmes dont on peut s’affranchir avec l’impression 3D, se souvient François Lévêque. Cette idée de développer un logiciel de conception plastronique s’est vraiment concrétisée il y a deux ans lorsque j’ai vu Autodesk tenter de lancer une application Web de routage et d’impression 3D avec le projet Spark. Un projet qui n’était pas "industry-friendly" et qui a été plus ou moins abandonné depuis. »

 

C’est donc en accord avec la société IRTS que le jeune entrepreneur a créé ECS3D pour donner réalité à son projet et se consacrer au développement du logiciel Möbius. Un logiciel dont l’architecture et les spécifications sont aujourd’hui bouclées. « Je suis désormais lancé dans une phase de recherche active de partenaires et de levée de fonds, précise François Lévêque. Je démarche en particulier des grands éditeurs de logiciels afin de réunir des codeurs qui pourront développer concrètement Möbius. Ce processus devrait se concrétiser d’ici quelques semaines sachant que le travail nécessite l’implication de huit à dix codeurs sur une période qui s’échelonne entre 16 et 24 mois. » ECS3D compte à cet effet bénéficier du soutien du groupe industriel français Galilé qui chapeaute une vingtaine de PME et qui dispose de trois pôles d’activité (industrie, énergie et manutention).

François Lévêque, fondateur d'ECS3D entouré d'Eric Michoux, président du groupe Galilé (à gauche), et d'Olivier Dassault, président du conseil de surveillance du groupe industriel Marcel Dassault et président de Génération Entreprise – Entrepreneurs Associés (GEEA)

Galilé a pu repérer la jeune pousse grâce à Galilé 360°, « incubateur virtuel doté d’un concours de création d’entreprise original, en mode financement et compagnonnage 2.0. » ainsi que le décrit Eric Michoux, le fondateur du groupe. Grâce à sa victoire lors de la 2e édition du concours Galilé 360° face à treize finalistes, François Lévêque va être accompagné par des professionnels et notamment par son mentor désigné, Jean-Claude Boyer, directeur général du pôle Industrie du groupe Galilé. ECS3D se verra aussi attribuer un prêt d’honneur de 30 000 euros pour l’aider à développer son projet. « Galilé va nous aider à mettre en place notre stratégie et à finaliser un partenariat avec un grand développeur logiciel en France ou à l’étranger », explicite le créateur de la start-up. Une affaire à suivre donc !

 

Sur le même sujet