L'embarqué > Logiciel > Middleware > Cisco et la start-up française Acklio démontrent l’utilisation de la pile IPv6 sur le protocole LoRaWAN

Cisco et la start-up française Acklio démontrent l’utilisation de la pile IPv6 sur le protocole LoRaWAN

Publié le 01 février 2018 à 10:14 par Pierrick Arlot        Middleware Acklio

The Things Conference

A l’occasion de The Things Conference qui se tient à Amsterdam (Pays-Bas) du 1er au 3 février, Cisco et la jeune société française Acklio vont démontrer aux membres de l’alliance LoRa comment un nouveau protocole issu de l’IETF (Internet Engineering Task Force) ouvre la voie à la connectivité IP à travers les réseaux LPWAN longue portée, basse consommation et bas débit.

Dans le domaine de l’Internet des objets (IoT), les technologies de communication LPWAN comme Sigfox, LoRa ou NB-IoT ne peuvent pas s'implanter sur le long terme sans réflexion sur leur cohabitation avec le "vrai" Internet. Une véritable interopérabilité IoT passe en effet par la possibilité pour les applications bâties sur les protocoles Internet de communiquer « telles quelles » avec des capteurs déployés sur le terrain au travers de réseaux bas débit. Et, de fait, il manquait jusqu’ici une solution IP applicable aux réseaux LPWAN et, grâce à la technologie IETF de compression-décompression nommée SCHC (à prononcer « chic »), il est désormais possible d’assimiler ces mêmes réseaux à des réseaux IP.

Implémenté pour la première fois par la start-up rennaise Acklio (dont L’Embarqué a tracé un portrait détaillé en juillet 2016), SCHC assure dans la pratique une interopérabilité IP sur des réseaux LoRaWAN. Le cas d’usage issu du smart grid, présenté par Acklio et Cisco sur The Things Conference, simule l’échange de messages IPv6 entre un contrôleur industriel Scada et une unité de stockage en réseau pilotée à distance. En cas de panne de réseau de communication (Ethernet, 3GPP), le réseau LoRaWAN est alors utilisé comme accès de secours via une passerelle LoRa Cisco pour les communications IPv6 avec l’unité de stockage.

« Ce démonstrateur combine les protocoles de l’IETF et ceux de l’alliance LoRa et permet d’utiliser LoRaWAN comme canal d’accès de secours à l’Internet pour les communications montantes et descendantes, affirme Pascal Thubert, ingénieur en chef chez Cisco. C’est une étape majeure pour l’Internet des objets, au moins aussi significative que l’introduction du procédé 6LoWPAN il y a dix ans. » Acklio en profite aussi pour démontrer le potentiel de ses solutions.

La technologie SCHC est en passe de devenir un standard mondial, grâce aux efforts du groupe de travail LPWAN de l’IETF, placé sous l’égide d’Acklio et de Cisco. « C’est une preuve de confiance et d’intérêts des opérateurs et industriels à déployer notre solution d’interopérabilité, s’est réjoui Alexander Pelov, CEO d’Acklio. En reposant sur des standards ouverts, Acklio garantit la sécurisation des échanges de bout en bout et accélère le déploiement de solutions IoT. »

On rappellera qu’Acklio s’est associé en 2017 avec Objenious, filiale de Bouygues Telecom focalisée sur l’Internet des objets, pour tester, dans un cas d’usage réel, l’intégration des protocoles de l’Internet (IP, UDP et CoAP) au réseau LPWAN LoRa (lire notre article ici). La start-up a aussi effectué des démonstrations sur un réseau existant avec la société Sigfox (lire notre article ici).

Sur le même sujet