L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > BlackBerry sécurise les communications entre véhicules ainsi qu’entre véhicules et infrastructures

BlackBerry sécurise les communications entre véhicules ainsi qu’entre véhicules et infrastructures

Publié le 14 juin 2018 à 12:10 par Pierrick Arlot        Plate-forme

OmniAir

L’éditeur canadien BlackBerry vient de rejoindre en tant que membre exécutif le consortium OmniAir, un organisme d’origine américaine focalisé sur le marché de l’automobile et des transports qui a annoncé en octobre 2017 le premier programme de certification d’équipements de communication V2X (Vehicle-to-Everything) pour véhicules connectés. BlackBerry compte apporter au consortium son savoir-faire en matière de sécurisation des communications de véhicule à véhicule et de véhicule à infrastructure routière. Un savoir-faire lié à son système SCMS (Security Credential Management System) qui fournit des signatures numériques qui protègent les messages contre leur manipulation, ainsi que des certificats qui visent à assurer que l’émetteur desdits messages est digne de confiance. 

« L’avenir des véhicules connectés s’appuie sur des communications sécurisées entre les automobiles et les infrastructures de la ville intelligente, d’autres véhicules et des terminaux intelligents, souligne Jim Alfred, vice-président et directeur général de BlackBerry Certicom. Pour concrétiser pleinement ce potentiel, les véhicules doivent échanger entre eux et avec leur environnement avec le même langage et avec les mêmes protocoles de sorte qu’ils puissent faire confiance aux communications. Le système SCMS vise à améliorer la sécurité, la fiabilité et finalement la sûreté des communications V2X. »

Les communications V2X rendent possible, rappelons-le, le partage d’informations de façon sécurisée et anonyme entre véhicules, infrastructures routières et, éventuellement, piétons, permettant ainsi d’améliorer la sécurité des véhicules, fluidifier la circulation sur les routes et abaisser les émissions polluantes. Le succès de cette technologie dépend toutefois de la vérification dûment validée de chaque message émis ou reçu par les véhicules ou par des dispositifs comme les feux de signalisation ou les panneaux routiers, insiste BlackBerry. Les équipements V2X doivent donc être conçus pour que les personnes malveillantes ne puissent modifier les messages V2X transitant entre deux « objets » certifiés. D’où le rôle du système SCMS que l’éditeur canadien compte mettre officiellement sur le marché à l’automne 2018 et qui doit permettre aux constructeurs et équipementiers automobiles ainsi qu’aux fabricants d’infrastructures municipales et d’équipements routiers d’implémenter des protocoles V2X sécurisés dans leurs systèmes embarqués.

Véhicules connectés et équipements pourront s’inscrire auprès du système SCMS, obtenir des certificats de sécurité émis par des autorités de certification CA (Certificate Authorities) dûment adoubées et utiliser ces certificats pour signer les messages V2X.

Le consortium OmniAir, qui développe des programmes de test et de certification pour systèmes V2V, V2I et V2X, compte aujourd’hui une soixantaine de membres dont Autotalks, BlackBerry, Cohda Wireless, Commsignia, Denso, Escrypt, GM, Keysight, LG, Marvell, NXP, Panasonic, Qualcomm, Renesas, Rohde & Schwarz, Toyota, Vector et Visteon.

On rappellera que BlackBerry, qui a racheté en 2010 l’éditeur de systèmes d’exploitation temps réel QNX, bien implanté sur le marché automobile, a acquis en 2009 Certicom, un spécialiste des solutions de sécurité PKI (Public Key Infrastructure) pour les marchés de la mobilité, des compteurs communicants et de la télématique.

Sur le même sujet