L'embarqué > Matériel & systèmes > Connectivité > Voiture connectée : les associations GSMA et 5GAA vont promouvoir le C-V2X dans la bande 5,9 GHz

Voiture connectée : les associations GSMA et 5GAA vont promouvoir le C-V2X dans la bande 5,9 GHz

Publié le 11 septembre 2019 à 10:58 par Pierrick Arlot        Connectivité

5GAA-GSMA

Afin d’accélérer le déploiement des véhicules connectés, la GSMA, l’alliance industrielle qui représente les intérêts des opérateurs mobiles, a signé un accord de coopération de trois ans avec l’association 5GAA (5G Automotive Association) avec un focus sur la sécurité/confidentialité des données, la promotion de standards communs et la mise en avant de la bande de fréquence des 5,9 GHz pour « l’Internet des automobiles ».

On rappellera à cet égard que la 5G Automotive Association, organisation créée en septembre 2016 et forte de 130 membres, s’est donné pour tâche de promouvoir la technologie cellulaire C-V2X, à la fois en mode dit « direct » et en mode réseau (avec des liaisons avec les infrastructures mobiles LTE et 5G). Première étape du déploiement de la 5G dans le domaine automobile, le C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything) est considéré comme indispensable pour assurer une conduite plus sûre et plus autonome et pourrait être monté à bord de véhicules de série à partir de 2020. Dans son mode « direct » (lire notre article ici), le C-V2X vise en effet à permettre aux véhicules de communiquer sans l’intermédiaire d’un réseau cellulaire (et donc sans abonnement mobile) avec d’autres véhicules, avec des terminaux appartenant à des piétons ou avec des équipements d’infrastructure routière (panneaux de signalisation, zones de travaux, etc.).

On notera aussi que la majorité des Etats membres de l’Union européenne (21 sur un total de 28) a voté il y a quelques semaines contre une proposition de la Commission européenne sur les systèmes de transport intelligents coopératifs (C-ITS) qui envisageait de favoriser la technologie ITS-G5 (G5 pour 5,9 GHz), bâtie sur le standard 802.11p dérivé du Wi-Fi, pour les communications entre véhicules ainsi qu’entre véhicules et infrastructures routières. Une proposition qui n’excluait pas formellement l’usage du C-V2X, mais qui repoussait son déploiement à une date ultérieure moyennant la démonstration d’hypothétiques (et impossibles à réaliser dans les faits) interopérabilité et rétrocompatibilité avec le 802.11p.

« La technologie C-V2X va révolutionner l’écosystème de la mobilité et la manière dont les véhicules et les conducteurs interagissent avec le monde extérieur, y compris les usagers de la route les plus vulnérables comme les piétons et les cyclistes, insiste Maxime Flament, directeur technique de l’association 5GAA. C’est une étape essentielle de la numérisation en cours du secteur des transports qui permet de fournir des flux d’information exploitables en temps réel particulièrement fiables afin d’assurer une meilleure sécurité routière, une plus grande fluidité de la circulation automobile et un progrès en matière environnementale. »

 

Sur le même sujet