L'embarqué > Marchés > Perspective > Véhicule autonome : la France veut franchir le cap du million de kilomètres parcourus d’ici à 2022

Véhicule autonome : la France veut franchir le cap du million de kilomètres parcourus d’ici à 2022

Publié le 25 avril 2019 à 10:04 par Pierrick Arlot        Perspective

Navette Autonome

Le gouvernement français vient de retenir deux consortiums pour mener à bien seize expérimentations de véhicules autonomes avec l’ambition de franchir d’ici à 2022 le cap du million de kilomètres parcourus. Elles doivent permettre à la fois de développer les usages et la connaissance de ces systèmes par les citoyens et les acteurs des territoires, et de construire le futur cadre de régulation, notamment en termes de validation de la sécurité.

Pour démultiplier les expérimentations (depuis 2015, 80 expérimentations de petite échelle ont déjà été menées en France pour 200 000 kilomètres parcourus), le gouvernement avait lancé en juin 2018 l’appel à projets EVRA (Expérimentation du véhicule routier autonome). Avec l’ambition de soutenir des projets centrés sur des cas d’usage de véhicules autonomes commercialisables d’ici à 2022 dans le domaine de la mobilité individuelle, partagée ou collective, du fret et de la logistique.

C’est donc dans ce cadre que deux projets d’envergure ont été retenus pour un budget global de 120 millions d’euros, l’Etat finançant 42 M€, auquel s’ajoutent les contributions des collectivités locales des territoires concernés qui conduiraient à des dépenses totales consacrées à ces expérimentations par les acteurs publics et privés de 200 M€. Ces projets permettront notamment de développer des services de navettes autonomes en milieu rural et péri-urbain, afin d’apporter des alternatives à la voiture individuelle ou d’améliorer les déplacements domicile-travail.
 
Les deux consortiums lauréats sélectionnés sont le projet SAM (Sécurité et acceptabilité de la conduite et de la mobilité autonome), conduit par la Plate-forme automobile (PFA), et le projet ENA (Expérimentations de navettes autonomes), conduit par l’Ifsttar (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux).
 
Dans le détail, le projet SAM implique PSA, Renault, Valeo, la RATP, Transdev, Keolis, Oncopole Toulouse, Twinswheel, ainsi que la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis, Nantes Métropole et la communauté de communes Cœur de Brienne. Il chapeaute treize expérimentations, correspondant à des roulages de véhicules sur des voies à chaussées séparées, un service de valet de parking, des services de transport à la demande dans un quartier urbain dense, des services de ligne de bus autonomes, la des­serte d’une gare RER en milieu rural, des services de transport à la demande complémentaires au réseau de transports collectifs, un rabattement entre un éta­blissement médical et son parking déporté par des navettes sans opérateur à bord, des services de mobi­lité autonome sur une emprise ferroviaire péri-urbaine, et des engins de livraison autonomes.
 
Le projet ENA, quant à lui, regroupe trois expérimentations portant sur des services de navettes autonomes en complémentarité du réseau de transport urbain et de desserte d’une zone rurale très peu dense. Elles seront pilotées par la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis, Nantes Métropole et la communauté de communes Cœur de Brienne.
 

Sur le même sujet