L'embarqué > Normes & spécifications > Audio/vidéo > TV numérique terrestre : les Etats-Unis bouclent leur nouveau standard, l’ATSC 3.0

TV numérique terrestre : les Etats-Unis bouclent leur nouveau standard, l’ATSC 3.0

Publié le 11 janvier 2018 à 10:37 par Pierrick Arlot        Audio/vidéo

ATSC3

[CES 2018] Il aura fallu cinq ans de dur labeur avant que le comité américain ATSC (Advanced Television Systems Committee), celui-là même qui avait peaufiné il y a plus de 20 ans le standard de diffusion TV numérique ATSC 1.0 concurrent du DVB-T européen, puisse annoncer officiellement le bouclage de la nouvelle norme TNT ATSC 3.0. L’annonce en a été faite en fanfare à l’occasion du CES 2018 par Gary Shapiro, le président et CEO de la Consumer Technology Association (CTA), Gordon Smith, le président et CEO de la National Association of Broadcasters (NAB), et Mark Richer, le président de l’ATSC (photo en en-tête).

La norme ATSC 3.0 vise à offrir une flexibilité, une robustesse et une efficacité spectrale très nettement supérieures à celles de l’ATSC 1.0, bâti sur des technologies datant déjà d’un quart de siècle, et qui remet techniquement la norme TNT américaine à un niveau égal si ce n’est supérieur à celui du DVB-T2… De fait, rompant toute compatibilité avec l’ATSC 1.0, l’ATSC 3.0 est adapté à une diffusion vers différents types de récepteurs (fixes, portables et mobiles) et au transport de contenus TV et multimédias à une résolution d’image qui va jusqu’à la 4K UltraHD HDR (voire mieux) pour une qualité audio immersive. Et ce avec la possibilité de mixer dans un même canal des signaux à la robustesse différente pour répondre à plusieurs cas d’usage (programmes 4K pour écrans plats et contenus HD destinés aux smartphones par exemple).

Qui plus est, l’ATSC 3.0 s’aligne sur les protocoles Internet avec une couche transport intégralement IP de bout en bout, une différence notable avec le DVB-T2 qui s’appuie encore sur la couche MPEG-2 Transport Stream (TS). La couche physique ATSC 3.0 n’est toutefois que l’un des quelque vingt standards qui constituent la norme finale qui couvre aussi les couches protocolaires, les couches de présentation des contenus audio et vidéo et la couche application.

« Le portefeuille des vingt spécifications ATSC 3.0 ouvre la voie à de nouveaux types de services TV en offrant aux diffuseurs la possibilité d’utiliser de nouvelles méthodes de transmission », s’est réjoui Mark Richer. On notera que les diffuseurs sud-coréens ont prévu de mettre en œuvre l’ATSC 3.0 pour retransmettre le mois prochain certaines épreuves des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang. Si les produits d’électronique grand public compatibles ATSC 3.0 sont attendus en 2019 et 2020, on notera que certaines sociétés hexagonales comme TeamCast/Enensys, Allegro DVT ou Keepixo, ont déjà démontré leur savoir-faire en matière de technologies ATSC 3.0 (lire notre article ici).

Sur le même sujet