L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Transport autonome : SystemX prolonge d'un an ses travaux sur la réalité augmentée

Transport autonome : SystemX prolonge d'un an ses travaux sur la réalité augmentée

Publié le 15 février 2017 à 13:04 par Pierrick Arlot        Conjoncture

SystemX

Il y a trois ans, l’institut de recherche et technologie (IRT) SystemX, basé en région Ile-de-France et dédié à l’ingénierie numérique des systèmes du futur, lançait le projet de recherche et d’expérimentation LRA (Localisation Réalité Augmentée). Un projet qui s'adressait à la fois au secteur de l'automobile, avec l'arrivée du véhicule autonome et l'évolution des technologies d'interfaces homme-machine (IHM) pour l'automatisation de la conduite, mais également au secteur ferroviaire avec les évolutions des solutions de localisation et l'émergence de nouvelles technologies de capteurs.

Trois années se sont écoulées et le projet a donné lieu à 14 publications scientifiques, deux brevets et cinq transferts technologiques. Sur sa lancée, SystemX a donc pris la décision de prolonger d’un an ses travaux sur l’usage de la réalité augmentée dans l’objectif de mettre en lumière l’apport de cette technologie dans les véhicules autonomes, tant du point de vue du concepteur de l‘IHM que du point de vue du conducteur.

Les trois premières années, les travaux réalisés dans le domaine ferroviaire ont permis d'utiliser la fusion de données et les algorithmes d'apprentissage automatique (machine learning) et ainsi de contribuer au respect des contraintes de sûreté de fonctionnement et de disponibilité du système. Dans le domaine de l'automobile, le projet s'est attaché à démontrer que l'utilisation d'interfaces de réalité augmentée permet aux conducteurs de mieux accepter le fonctionnement de la voiture en mode autonome.

Au cours de la quatrième année, les sociétés et laboratoires impliqués dans le projet LRA (Alstom, Oktal, Renault, Valeo, Sysnav, CEA) travailleront, dans le domaine ferroviaire, à l’amélioration de la robustesse des capteurs ainsi qu’à la robustesse de la détection et de la reconnaissance des feux en associant la cartographie de la voie ferrée. Pour le cas d’étude automobile, le projet visera à étudier l’intérêt de l’utilisation de la réalité augmentée pour l’identification d’un danger, associée à un régulateur de vitesse adaptatif et à l’aide à la navigation avancée.

« Les partenaires engagés sur le projet LRA doivent répondre à de grands enjeux liés aux performances, à la robustesse et à la sûreté de fonctionnement des systèmes sur lesquels ils interviennent et ils souhaitent poursuivre les travaux d'exploration et de tests qu'ils ont menés afin d'être en mesure d'apporter au conducteur un système de localisation fiable et sûr mais aussi une expérience d'interaction homme-machine enrichie », précise Paul Labrogère, directeur du programme Transport autonome pour l’IRT SystemX.

Sur le même sujet