L'embarqué > Logiciel > Développement > Thales et le CEA Tech créent un laboratoire commun dans le domaine des méthodes formelles

Thales et le CEA Tech créent un laboratoire commun dans le domaine des méthodes formelles

Publié le 26 juin 2015 à 11:31 par François Gauthier        Développement

Thales CEA Preuve formelle

​Le groupe Thales et le CEA Tech ont signé un accord de partenariat pour créer un laboratoire commun dédié aux technologies des méthodes formelles pour le développement logiciel. Cette entité va regrouper des équipes du CEA Tech et de Thales qui mutualiseront leur savoir-faire et leur expertise pour mettre en place de nouvelles méthodes formelles de validation des logiciels et des systèmes critiques. ​

Dans le domaine industriel, ces travaux de validation représentent une part significative du coût de développement, notamment lorsqu’ils font appel à des démarches manuelles d’analyse, de test ou d’audit, où la qualité du produit dépend directement de l’effort de validation fourni. Or les outils mathématiques des méthodes dites “formelles” rendent possible l’automatisation partielle du processus et peuvent modifier l’approche de validation, par exemple en remplaçant des campagnes de tests exhaustives par des méthodes analytiques. Car ces techniques de conception et d’analyse de logiciels ou de systèmes (spécifications, schémas de conception, données, code), basées sur des théories mathématiques algébriques, permettent in fine de valider sans ambiguïté des propriétés importantes sur ces systèmes et logiciels.

L’institut CEA-List du CEA Tech développe depuis de nombreuses années ces techniques et outils au bénéfice des industriels dans les domaines de l’énergie, de l’aéronautique, du naval, du ferroviaire, mais aussi dans le domaine de la robotique médicale (notamment pour les recherches avancées conduites à Clinatec), ou celui de la sécurité logicielle.

Côté Thales, « ce laboratoire commun avec le CEA Tech va nous permettre d’accélérer le déploiement des méthodes formelles dans le groupe, avec pour objectif d’améliorer la performance de l’ingénierie, commente Marko Erman, senior vice-président et directeur technique du groupe français. Car la relation directe entre la complexité croissante des systèmes et l’augmentation des coûts de développement rend cruciale l’innovation, y compris dans les phases de vérification et de validation ».

 

 

Sur le même sujet