L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Spécialiste de l’intégration de la RFID dans des textiles, Primo1D lève 6 millions d’euros

Spécialiste de l’intégration de la RFID dans des textiles, Primo1D lève 6 millions d’euros

Publié le 04 mars 2019 à 12:33 par François Gauthier        Conjoncture

Primo1D 6 millions d'euros

Pionnier de l’intégration dans les textiles de puces micropackagées, en particulier de puces RFID, le grenoblois Primo1D, dont L'Embarqué avait tracé un portrait détaillé en septembre 2014, a finalisé une levée de fonds de 6 millions d’euros auprès de Michelin Ventures, de BNP Paribas Développement et de ses actionnaires historiques, à savoir Sofimac Innovation, Kreaxi, Expansinvest, Casra Capital et Rhône-Alpes Angels. Fondée en 2013, la société, qui avait déjà reçu des financements de la part d’Oseo en 2012 et de Bpifrance en 2014 à hauteur de 400 000 euros, avait aussi bouclé un premier tour de table à hauteur de 3 millions d’euros auprès d’un premier groupe d’investisseurs réunissant Sofimac Partners, Rhône-Alpes Création/Viveris Venture (fonds R2V) et iSource Gestion en association avec France Angels, Expansinvest, et SudRhôneAlpes Capital.

Cette seconde levée de fonds va permettre à la société d’accélérer l’industrialisation de ses produits en région Auvergne-Rhône-Alpes, afin de répondre à une demande internationale croissante.

Au-delà, « en accueillant un investisseur stratégique tel que Michelin Ventures, fort d’une expérience entrepreneuriale reconnue, nous ciblons les marchés de l’IoT dans les segments industriels à forte valeur ajoutée », précise Emmanuel Arène, fondateur et CEO de Primo1D.

Rappelons que la technologie RFID (Radio Frequency Identification) au service des industriels et des objets connectés est une technologie d'identification sans contact. Elle permet de mémoriser et de récupérer à distance des informations contenues dans une puce électronique. Le facteur de forme du tag de Primo1D, le fil textile E-Thread RFID, le rend invisible et résistant une fois intégré dans les objets et matériaux, avec à la clé de nombreuses applications comme le suivi de production, l’inventaire temps réel, la gestion des retours client, la maintenance prédictive, etc.

« Nous nous intéressons depuis plus de 10 ans à la technologie RFID et nous sommes convaincus que cet investissement contribuera à positionner le groupe Michelin comme référent de la technologie RFID dans nos activités, à savoir le pneumatique, ses services associés et les matériaux de haute technologie », explique Matthieu van der Elst, directeur général de Michelin Ventures.

Sur le même sujet