L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Sous le label IQonIC, l’australien ASTC se lance sur le marché des cœurs de processeur RISC-V

Sous le label IQonIC, l’australien ASTC se lance sur le marché des cœurs de processeur RISC-V

Publié le 04 décembre 2018 à 09:45 par Pierrick Arlot        Composant

Logo ASTC

La popularité grandissante de l’architecture de processeur open source RISC-V auprès de certains grands groupes industriels, comme Thales ou Western Digital, se cristallise aussi par une multiplication du nombre de sociétés qui se positionnent sur le marché des cœurs de microprocesseurs ou de microcontrôleurs compatibles. Selon ses promoteurs, les caractéristiques de l’architecture RISC-V, doublées de ses capacités d’extension (avec des instructions d’unité de calcul en virgule flottante par exemple), la rendent en effet adaptée aussi bien aux serveurs dans le cloud qu’aux terminaux mobiles ou aux systèmes embarqués les plus contraints.

Au-delà du pionnier SiFive, fondé par les créateurs du RISC-V à l’université de Californie à Berkeley, la liste des fournisseurs d’IP compatibles s’est ainsi récemment étoffée des spécialistes des cœurs de microcontrôleurs embarqués Codasip, Cortus et Minima Processor et du fournisseur de cœurs de processeur Andes Technology (pour ne citer qu’eux). C’est aujourd’hui la firme australienne ASTC, créée en 2005 et connue pour ses outils de simulation et de virtualisation de plates-formes matérielles (avec les produits VLAB) et pour ses services en conception de logiciels embarqués et de circuits SoC, d’entrer sur ce marché naissant.

Courant novembre la société, membre de la Fondation RISC-V, a lancé une nouvelle marque estampillée IQonIC (Intelligent IP on IC), ainsi qu’une entité associée (IQonIC Works) chargée de développer et de commercialiser des IP de processeurs RISC-V, des IP applicatives ainsi que des puces-systèmes complètes. « Parallèlement, IQonIC a vocation à fournir une chaîne exhaustive d’outils aux concepteurs de semi-conducteurs et de systèmes, ajoute Nicolas Broueilh, président d’ATSC France, créé en 2014 pour développer les activités d’ATSC dans le domaine aéronautique, la firme australienne étant par ailleurs présente sur les créneaux de l’automobile et de l’électronique grand public. ASTC a toujours eu la volonté de se différentier avec des produits propres spécifiques et cette transition est aujourd’hui en cours grâce à l’architecture RISC-V. »

En matière d’IP RISC-V, la société propose d’ores et déjà deux cœurs de processeur, disponibles en tant que blocs d’IP autonomes ou en tant qu’options au sein de la plate-forme ASTC ISP (Intellligent Sensor and Power) pour objets connectés. Le premier (RV32EC_P2) est un cœur RISC-V pour les applications enfouies compactes et basse consommation censé n’exécuter que des logiciels de bas niveau sécurisés. Le second (RS32IC_P5) veut répondre aux besoins des applications embarquées de milieu de gamme qui exigent des performances plus élevées, requièrent des mémoires cache et exécutent à la fois du firmware de confiance et des applications utilisateur. Sous la marque IQonIC, ATSC dispose aussi de temporisateurs et d’un contrôleur d’interruptions (toujours sous forme d’IP) conformes aux spécifications RISC-V ainsi que de blocs périphériques SPI, I2C, I3C, UART et GPIO.    

Sur le même sujet