L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Smart Me Up, start-up spécialiste de la reconnaissance faciale, lève deux millions d’euros

Smart Me Up, start-up spécialiste de la reconnaissance faciale, lève deux millions d’euros

Publié le 10 mars 2016 à 08:19 par Pierrick Arlot        Conjoncture Smart Me Up

Smart Me Up, start-up spécialiste de la reconnaissance faciale, lève deux millions d’euros

La jeune société iséroise Smart Me Up, qui a développé un logiciel d’analyse de visage suffisamment rapide et léger pour être intégré au sein d’objets de tous les jours dans des domaines aussi divers que la maison connectée, la ville intelligente ou l’automobile, vient de boucler un premier tour de table de deux millions d’euros. La start-up, à laquelle L’Embarqué a consacré un portrait détaillé en mars 2015, a souscrit cette somme auprès de BPIfrance et d’investisseurs privés prestigieux comme Xavier Niel, principal dirigeant et actionnaire d’Iliad, la maison mère de Free, Jacques-Antoine Grajon, créateur du site vente-privee.com, Jean-David Blanc, fondateur d’AlloCiné ou Cyril Grislain, qui figure au rang des business angels les plus actifs. L’opération ayant été sursouscrite, une levée complémentaire d’un million d’euros est en cours et portera donc le montant total du financement jusqu’à 3 millions d’euros.

Créé en juillet 2012, Smart Me Up a mis au point une solution purement logicielle de reconnaissance faciale embarquée capable d’analyser les visages en temps réel indépendamment du type de caméra utilisée, 3D ou pas, et de l’architecture du processeur nécessaire à l’exécution dudit logiciel. Bâti autour de technologies d’apprentissage automatique (machine learning en anglais), le logiciel est capable d’extraire en temps réel un ensemble d’informations sur un individu (sexe, âge…) et son comportement (présence ou non, niveau d’attention, type d’émotion ressentie, etc.), voire, éventuellement, de reconnaître une personne donnée. Dans ce cadre, Smart Me Up a pour ambition de devenir un acteur incontournable pour l'essor de l'intelligence artificielle dans les objets connectés, marché en croissance de 30% qui devrait atteindre 6 milliards d’unités d’ici la fin de l’année 2016.

La somme levée doit permettre à la start-up, qui a déjà séduit Photomaton, la SNCF ou Netatmo, d’accélérer la commercialisation de sa technologie et son développement international. L’entreprise souhaite aujourd’hui se développer fortement sur le segment de la maison connectée (objets intelligents capables de comprendre leurs environnements et s’adapter aux habitudes des utilisateurs), de l’automobile (identification du conducteur, analyse de l’attention ou détection de la somnolence), de la sécurité et des lieux publics (alertes sur danger, détection de fraudes et identification), du marché des semi-conducteurs (avec, notamment, l’intégration de la technologie directement au cœur d’un microprocesseur) et de la distribution de détail (analyse qualitative des clients en magasin et marketing interactif). Dès cette année, Smart Me Up compte se lancer à l'international en posant un pied dans la Silicon Valley.

Sur le même sujet