L'embarqué > Logiciel > Start-up > Red Mint scrute, analyse et trouve du sens dans les masses de données des réseaux IP

Red Mint scrute, analyse et trouve du sens dans les masses de données des réseaux IP

Publié le 20 janvier 2017 à 12:13 par François Gauthier        Start-up

Logo RedMint

En insérant de manière transparente son logiciel de surveillance de données sur des cartes réseau, Red Mint propose, en l'associant avc des outils d'analyse Big Data, d'optimiser l'usage des applicatifs utilisés et de valoriser des données utiles, et ce via la récupération de métriques numériques porteuses de sens. Par la même occasion, la start-up cherche à renforcer la sécurité des réseaux.

« Toutes les études montrent qu’actuellement il y a une accélération exponentielle de la masse des données numériques qui sont échangées dans le monde, avec parfois avec une intention malveillante, explique Sébastien Léger, le CEO de la jeune société française Red Mint. C’est un véritable défi pour la compréhension, l’optimisation et le pilotage intelligent des réseaux IP. » Le paysage est planté par le fondateur de cette start-up créée en 2015, dont la technologie logicielle Red Mint OS vise à mesurer les statistiques d’usage d’un réseau en temps réel.

L’objectif de ce middleware qui s’installe de manière passive et transparente sur n’importe quelle infrastructure (sur des cartes réseau plus précisément) est de détecter et de rassembler les métriques utiles aux processus de décision et de gouvernance d’un réseau par un responsable informatique. Basée sur un noyau Linux (un socle Red Hat), cette approche, unique selon la société, associe une technologie d’inspection temps réel sans limitation de débit (un moteur de collecte de données) construite avec des briques en open source, et des solutions Big Data du marché. L'idée étant de proposer aux utilisateurs une vision claire des données utiles.

Sébastien Léger, CEO de Red Mint

En d’autres termes, « il s’agit de reconstruire le film des événements qui se sont passés dans une infrastructure réseau pour amener des éléments de décision aux entreprises, aux opérateurs de communication », explique Sébastien Léger. Au-delà, cette approche apporte aussi, selon Red Mint, une amélioration de l’expérience utilisateur via la mise à disposition d’indicateurs clés de performances (KPI) pour toutes les applications qui transitent sur le réseau. Enfin, Red Mint OS assure une protection supplémentaire des infrastructures réseau, sans recours à des solutions de filtrage classiques ou de détection d’intrusion, via sa capacité à détecter des incidents de sécurité, et à remonter des signaux faibles, porteurs de sens.

« Pour tous ceux qui surveillent un réseau, nous pouvons ainsi diviser par 10 le coût total d’acquisition de logiciels en remplaçant à la fois les solutions de mesure de performance APM (Application Performance Management), les solutions de protection contre les menaces avancées APT (Advanced Persistent Threat), les solutions de prévention contre la perte de données DLP (Data Loss Prevention) et les solutions de détection d’intrusion IDS (Intrusion Detection System) », détaille Sébastien Léger.

Des statistiques d'utilisation en temps réel

Dans un contexte où la récupération de grosses masses de données devient de plus en plus accessible, « la facilité d’accès aux données, la réduction de leur coût d’acquisition, la production de réponses rapides, et un haut niveau de protection et de respect de l’anonymat (pour laprotection de la vie privée) sont essentiels pour valoriser des données, » précise encore le CEO de Red Mint. C’est ce que tente de faire Red Mint OS en produisant des statistiques d’utilisation en temps réel via un accès à des métriques définies soit par l’utilisateur, soit au travers de l’analyse de l’activité du réseau au niveau des couches 4 (transport) et 7 (logiciels applicatifs et points d’accès aux services réseau), tout en restant compatible avec les logiciels d’infrastructure et de traitement de données classiques du marché, comme Elasticsearch, Kibana, Spark, OpenStack ou AWS. Les données acquises par Red Mint OS sont toutefois moins verticalisées et permettent l’analyse des modes d’usage des applications, l'émission de notifications de sécurité (en particulier dans le cas d’attaques sophistiquées) et servent à effectuer un classement de notoriété d’utilisation des applicatifs…

 

Certes, pour le moment, la solution de Red Mint s’adresse en priorité aux responsables informatiques « classiques » des entreprises, avec des exigences d’optimisation de la gestion d’applications IT. Mais le très fort développement actuel de l’Internet des objets industriel, le déploiement des réseaux LPWAN dédié à cette collecte de données (LoRa, Sigfox, LTE-M…), vont fatalement conduire les responsables d’exploitation informatiques à se doter d’outils d’analyse des applicatifs mis en œuvre pour traiter et analyser ces données.

Quoi qu'il en soit, après avoir levé 250 000 euros en 2016, Red Mint, installé au sein de l’incubateur et l’accélérateur de start-up Story Starter à Annecy, compte doper sa croissance cette année en montrant des références concrètes de sa technologie, soit dans des entrerpises auprès de DSI, soit chez des opérateurs télécoms.

Sur le même sujet