L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Qualcomm veut investir 100 M$ dans des start-up spécialistes de l’intelligence artificielle enfouie

Qualcomm veut investir 100 M$ dans des start-up spécialistes de l’intelligence artificielle enfouie

Publié le 29 novembre 2018 à 12:32 par Pierrick Arlot        Conjoncture Qualcomm

Anyvision

Qualcomm souhaite apporter une contribution majeure à la diffusion de l’intelligence artificielle sur les marchés de l’embarqué et notamment sur les créneaux de la voiture autonome, de la robotique, de la vision artificielle, de l’Internet des objets et des plates-formes matérielles d’apprentissage automatique. L’Américain vient de mettre sur pied un fonds d’investissement spécifique (Qualcomm Ventures AI Fund) doté d’une enveloppe de 100 millions de dollars et chargé de soutenir des start-up impliquées dans le développement de technologies IA pour la périphérie de réseaux sans fil (Wireless Edge), là où la 5G recèle aussi un formidable potentiel.

« Depuis une décennie, Qualcomm investit dans le futur de l’apprentissage automatique, indique Steve Mollenkopf, le CEO de la firme américaine. En tant que pionner de l’IA embarquée, nous croyons fermement que l’intelligence est en train de migrer du nuage vers la périphérie de réseau. Notre stratégie IA vise à coupler les technologies de connectivité 5G avec nos activités de R&D en matière d’intelligence artificielle afin que l’IA puisse transformer les industries, les modèles économiques et les expériences utilisateur. »

Le fonds Qualcomm Ventures AI Fund a d’ores et déjà participé à un premier tour de table mené par une start-up, en l’occurrence celui de la jeune pousse israélienne AnyVision qui a levé il y a quelques mois 28 millions de dollars auprès d’un pool d’investisseurs mené par le groupe allemand Bosch (qui a pris à cette occasion 9% du capital de la start-up).

Créé en 2015 et basé à Tel Aviv, AnyVision, qui emploie déjà plus de 130 collaborateurs, est un spécialiste de la reconnaissance d’objets, de visages et de personnes. Sa technologie embarquée, bâtie sur l’intelligence artificielle, évite la transmission de données vers le cloud ainsi que l’enregistrement ou le stockage d’images, assurant ainsi la confidentialité de certaines informations. A noter que la prise de participation de Bosch dans le capital de la jeune pousse israélienne s’est accompagnée d’un accord technologique et commercial, la firme allemande comptant intégrer les logiciels d’AnyVision dans son portefeuille de solutions pour la surveillance vidéo sur IP.

Sur le même sujet