L'embarqué > Matériel & systèmes > Composant > Processeur exascale : SiPearl amorce son développement avec l’apport de 6,2 millions d’euros de fonds européens

Processeur exascale : SiPearl amorce son développement avec l’apport de 6,2 millions d’euros de fonds européens

Publié le 12 février 2020 à 12:56 par François Gauthier        Composant

SiPearl Levée de fonds

La société française SiPearl, récemment créée pour concevoir et industrialiser le microprocesseur qui va équiper le supercalculateur exascale européen, vient de bénéficier d’un financement de 6,2 millions d’euros, non dilutif, de la part de l’Europe dans le cadre du programme Horizon 2020. Grâce à ces fonds, Philippe Notton, le fondateur et CEO de la start-up, va pouvoir amorcer son développement pour atteindre l’objectif de mise sur le marché d’une première gamme de microprocesseurs à l’horizon 2022. Un apport qui va aussi permettre de préparer, dans les mois qui viennent avec le soutien d'Eponyme Partners, une importante levée de fonds au niveau européen, supérieure à 100 millions d’euros.

Rappelons que SiPearl est une société fabless (sans usine) qui mettra sur le marché le microprocesseur haute performance et basse consommation défini dans le cadre du projet européen EPI (European Processor Initiative) et destiné à assurer l’indépendance et la souveraineté technologique de l’Europe sur les marchés stratégiques du calcul haute performance, de l’intelligence artificielle et de la mobilité connectée (le marché des voitures autonomes au sens large du terme). L’objectif étant de rattraper le retard de l’Europe vis-à-vis des Etats-Unis et de la Chine avec une puce architecturée autour de cœurs Arm, capable de traiter jusqu’à 1018 opérations/s et d’afficher un ratio puissance de calcul sur consommation de 35 Gflops/W. Une seconde gamme de processeurs est prévue pour une commercialisation à l’horizon 2024, avec selon les marchés visés, une série d’accélérateurs à associer au processeur principal, fondés notamment sur des cœurs RISC-V et sur le circuit massivement multicœur du français Kalray.

Le développement de SiPearl devrait s’appuyer sur les membres du consortium European Processor Initiative, un écosystème de 26 partenaires (*) - scientifiques, instituts de recherche, universités, centres de supercalcul, industriels dans l’informatique, l’électronique et l’automobile - qui sont et seront, pour une partie d’entre eux, à la fois parties prenantes et futurs donneurs d’ordre de SiPearl. Ainsi, depuis décembre 2018, le projet EPI implique au quotidien plus de 200 ingénieurs qui développent des briques technologiques matérielles et logicielles élémentaires du futur processeur. En étroite collaboration avec ses partenaires, SiPearl intégrera ces briques avec ses propres technologies et assurera la phase d’industrialisation du circuit en s’appuyant sur le fondeur TSMC (procédé N6).

A la tête de SiPearl, Philippe Notton a développé des compétences de haut niveau dans les domaines des semi-conducteurs et de la sécurité via ses expériences précédentes. Auparavant vice-président du groupe Atos qu'il a rejoint en 2017 pour monter le consortium European Processor Initiative, il a été le créateur de la division Décodeurs de la société taïwanaise MStar Semiconductor qu'il a amenée au rang de numéro trois mondial, puis directeur général de la division Produits électroniques grand public de STMicroelectronics (2 400 collaborateurs).

SiPearl s’appuie aujourd’hui sur une équipe d’une dizaine d’ingénieurs spécialistes en architecture informatique, semi-conducteurs, calcul haute performance, automobile…

« Grâce à l’étroite collaboration avec nos partenaires scientifiques et industriels de l’European Processor Initiative ainsi qu’avec des leaders technologiques mondiaux, SiPearl a aujourd’hui un modèle d’entreprise sécurisé qui lui ouvre la voie vers les marchés, à fort potentiel, du calcul haute performance, de l’intelligence artificielle et de la mobilité connectée, commente Philippe Notton. Nous comptons ainsi contribuer à assurer l’indépendance et la souveraineté technologique de l’Europe dans des secteurs de plus en plus cruciaux pour sa croissance économique. »

(*) Atos, Barcelona Supercomputing Center, BMW, le CEA, Chalmers University, Cineca, E4 Computer Engineering, Elektrobit, ETH Zürich, Extoll, FORTH, Fraunhofer ITWM, Genci, Infineon Technologies, Forschungszentrum Jülich, Kalray, KIT, Menta, Prove & Run, Semidynamics Technology Services, SiPearl, STMicroelectronics, SURFsara, Technico Lisboa, Università di Bologna, Università di Pisa, University of Zagreb.

Sur le même sujet