L'embarqué > Logiciel > Développement > PLS simplifie l’analyse de trace et l’observation du code embarqué en cours d'exécution

PLS simplifie l’analyse de trace et l’observation du code embarqué en cours d'exécution

Publié le 15 mars 2017 à 06:14 par François Gauthier        Développement PLS

PLS UDE 4.8

[EMBEDDED WORLD 2017] Destiné à l’analyse et au débogage des circuits SoC haut de gamme, l’environnement Universal Debug Engine (UDE) de l’éditeur allemand PLS (Programmierbare Logik & Systeme), dans sa version 4.8, autorise l’enregistrement et l’étude jusqu’à 4 Go de données de trace d’un processeur, soit via la sonde de déblocage UAD3+ (Universal Access Device 3+) de PLS, soit au travers des interfaces standardisées de trace compatibles avec le protocole Aurora.

Les fonctions de recherche avancées permettent désormais non seulement de détecter des événements uniques, comme des entrées de fonctions ou des allocations de mémoire spécifiques, mais aussi des séquences entières d’événements et ce en une seule passe de recherche dans l’ensemble de la trace. Au-delà, l’environnement UDE 4.8 dispose d’un analyseur graphique des fonctions d’appels hiérarchisées, optimisé pour étudier finement le comportement du code en cours d'exécution (runtime) d’un système embarqué. Une analyse qui s’accompagne de données de profilage pour l’optimisation de l’exécution des tâches logicielles. Une fois enregistrées, l’ensemble de ces données sont stockées pour des études ultérieures, ou pour être mises en oeuvre dans le cadre d’une approche de type HIL (Hardware In the Loop).

L’outil UDE 4.8 offre dans le même temps la possibilité d’évaluer le comportement du runtime d’un système d’exploitation temps réel conforme au standard Osek (Open Systems and their Interfaces for the Electronics in Motor Vehicles) pour les applications automobiles. A travers l’observation des variables du système d’exploitation, via l’analyse des traces, l’environnement est ainsi capable de collecter les informations liées au runtime (définies par exemple par l’ORTI, OSEK Run Time Interface) sans la mise en place d’un procédé d’instrumentation logiciel de l’OS. Une fonction d’’export de ces traces simplifie alors l’évaluation et la visualisation des données collectées par des outils classiques d’analyse de trace.

Signalons aussi que sur cette version 4.8, l’analyse et la prise en main des interfaces de communications COM utilisées dans les applications d’automatismes industriels, sont facilitées et optimisées avec notamment le support de plusieurs langages de script.

Enfin, côté support des architectures matérielles, les microcontrôleurs multicoeurs haut de gamme, comme les circuits Aurix TC39 d’Infineon, la famille des RH850 de Renesas ou encore la ligne de produits SPC58NE de STMicroelectronics, sont supportés.

Sur le même sujet