L'embarqué > Logiciel > Plate-forme > NXP et Green Hills s’associent autour de l’assistance à la conduite automobile et de la voiture autonome

NXP et Green Hills s’associent autour de l’assistance à la conduite automobile et de la voiture autonome

Publié le 21 mars 2019 à 10:25 par Pierrick Arlot        Plate-forme Green Hills

NXP-BlueBox

A l’occasion du salon Embedded World 2019, NXP et l’éditeur américain Green Hills ont dévoilé un partenariat stratégique centré sur les systèmes d’assistance évoluée à la conduite automobile (ADAS) et les applications de conduite automatisée. Si l’on en croit le duo, ce partenariat, qui étoffe l’écosystème gravitant autour de la famille de puces-systèmes S32 de NXP avec, notamment, le système d’exploitation temps réel Integrity, vise à doper la production en volume d’unités de contrôle/commande électroniques (ECU) pour le développement et le test d’applications critiques pour la sécurité du conducteur et de ses passagers.

Selon Green Hills, les plates-formes automobiles issues du monde de l’électronique grand public et actuellement utilisées dans des projets pilotes et des expérimentations de voitures autonomes n’offrent pas les niveaux de sécurité et de sûreté fonctionnelle exigés dans le cadre d’une production automobile de gros volume. Des exigences auxquelles est censée répondre l’association des plates-formes S32 de NXP et du RTOS Integrity. Les premières ont été conçues pour répondre aux besoins de performances, de sûreté et de disponibilité commerciale à court terme identifiés pour la conduite automatisée de niveaux 2 et 3 ; le second est déjà certifié selon les normes les plus contraignantes de sûreté et de sécurité applicables aux applications embarquées critiques dont l’automobile (ISO 26262 Asil D).

Sur Embedded World, les deux partenaires ont effectué une première démonstration issue de leur collaboration montrant comment un logiciel critique de planification de trajectoire et un logiciel de contrôle du véhicule peuvent tourner dans des partitions sûres et sécurisées de l’OS Integrity, le tout sur la plate-forme de développement pour conduite autonome BlueBox de NXP. (La version la plus récente de la BlueBox s’appuie sur un processeur de vision artificielle S32V234, un SoC LS2084A à huit cœurs Cortex-A72 et un microcontrôleur radar S32R27).

Précisons que Green Hills s’est déjà engagé dans une collaboration peu ou prou similaire avec Renesas autour de la plate-forme R-Car (lire notre article ici). Sur le salon, l’éditeur présentait sur son stand une démonstration de cockpit automobile où plusieurs domaines applicatifs, bâtis sur Linux, Android et Integrity, s’exécutaient en toute indépendance sur un même processeur R-Car H3 avec affichage en simultané d’images prises par une caméra arrière, de contenus multimédias joués par un lecteur Android, d’un tableau de bord numérique compatible OpenGL et d’une application de navigation Genivi (voir illustration ci-dessous).

Sur le même sujet