L'embarqué > Marchés > Perspective > Nokia et ABI Research anticipent un fort investissement dans la 5G pour filer vers l'industrie 4.0

Nokia et ABI Research anticipent un fort investissement dans la 5G pour filer vers l'industrie 4.0

Publié le 11 mai 2020 à 12:12 par François Gauthier        Perspective

Nokia ABI Research Etude Industrie 5G

Nokia et le cabinet de conseil indépendant ABI Research viennent de mener une enquête auprès de plus de 600 grandes entreprises industrielles à travers le monde (*) pour évaluer les stratégies d’investissement au regard des technologies de communication cellulaires 4G, LTE et 5G et leur impact dans le cadre du mouvement Industrie 4.0. Selon cette enquête, 74% des industriels interrogés ont prévu de réaliser une évolution de leurs réseaux de communication et de contrôle d’ici à la fin 2022 et étudient, pour 90% d’entre eux, l’intégration de la 4G et/ou de la 5G dans leurs opérations. Plus de la moitié des entreprises sondées (52%) pensent que la dernière génération de la 4G/LTE et la 5G leur seront nécessaires pour atteindre leurs objectifs de transformation numérique.

L’enquête a également permis d’identifier les principaux cas d’usage qui pourraient conduire à des investissements dans la 4G ou la 5G, et notamment les besoins de numérisation et d’amélioration des infrastructures existantes (63%), d’automatisation des systèmes via la robotique (51%) et d’amélioration de l’efficacité opérationnelle (42%).

« Nous avons atteint un point d’inflexion dans la transformation de l’Industrie 4.0 car la vitesse, la sécurité et la réactivité dont elle a besoin en matière de connectivité sont aujourd’hui disponibles. explique Manish Gulyani, vice-président marketing de Nokia Enterprise. Cette étude montre l’engouement du marché pour des réseaux sans fil à une échelle industrielle permettant d’exploiter tout le potentiel de la numérisation et de l’automatisation dans les projets de transformation des grandes entreprises. »

L’enquête examine dans le même temps les leviers IT (technologies de l’information) et OT (technologies opérationnelles) utilisés à moyen terme qui vont influencer les décisions d’investissement dans de nouveaux systèmes industriels. Réduction des temps morts (53%), amélioration de l’efficacité opérationnelle (42%) et renforcement de la sécurité (36%) sont cités pour les leviers IT. En comparaison, les leviers OT témoignent d’une volonté de remplacer les infrastructures vieillissantes (43%), de gagner en efficacité (40%) et d’accroître les capacités de production (38%).

Plus spécifiquement pour la France, 93% des participants à l’étude ont indiqué connaître les infrastructures de réseaux sans fil (4G/5G) privées. 85% d’entre eux réfléchissent à investir dans l’utilisation de réseaux 4G/5G, 43% positionnent le renforcement de la sécurité comme un facteur IT clé dans les décisions d’investissement et 43% indiquent que la réduction des temps morts est un facteur OT clé dans les décisions d’investissement.

« Il ressort particulièrement de cette enquête une préférence pour le déploiement de réseaux sans fil privés, propriétaires et exploités en interne, avec des industriels qui souhaitent privilégier une gestion en interne afin de maîtriser les questions de sécurité, souligne Ryan Martin, analyste principal chez ABI Research. Il apparaît aussi clairement que les entreprises interrogées ne sont pas entièrement attachées au Wi-Fi/WLAN et envisagent les nouvelles générations des technologies mobiles. On peut donc considérer 2020 comme une année charnière pour les fournisseurs de réseaux qui doivent éduquer et convaincre le marché des avantages des technologies 4G/LTE et 5G. »

(*) Données sur les participants à l'enquête : 602 entreprises participantes, avec des décideurs dans différentes fonctions à travers les secteurs de l’automobile (201), des produits de grande consommation (201) et de l’industrie lourde (200). Répartition géographique des participants : États-Unis (161), Allemagne (100), Japon (100), Chine (40), Inde (40), Australie (40), Royaume-Uni (41), Canada (40) et France (40). L’étude s’est achevée fin 2019, soit avant le début de la pandémie de Covid-19.

Sur le même sujet