L'embarqué > Logiciel > Middleware > Naissance de l’Embedded Linux & Android Alliance (ELAA) sous l’impulsion d’Advantech

Naissance de l’Embedded Linux & Android Alliance (ELAA) sous l’impulsion d’Advantech

Publié le 16 mars 2017 à 08:27 par François Gauthier        Middleware Advantech

ELAA Advantech

[EMBEDDED WORLD 2017] Mercredi 15 mars, devant un parterre d'une trentaine de journalistes européens, le fournisseur de cartes, modules et sous-systèmes pour l’embarqué Advantech, avec neuf autres membres fondateurs, a porté sur les fonts baptismaux l'alliance industrielle ELAA (Embedded Linux & Android Alliance). Objectif : porter la standardisation d’une architecture ouverte et unifiée pour les Linux embarqués et le système Android, qui soit opérationnelle sur une large gamme de cartes et de modules pour l’embarqué.

Les dix membres fondateurs de l'alliance ELAA sont les sociétés AIMobile, ArchrMind, Canonical (éditeur de la distribution Linux Ubuntu), Lineo, Retronix, RTSoft, Timesys, ThunderSoft et le français Witekio (ex-Adeneo Embedded).

Au sein de l’ELAA, les fournisseurs de plates-formes matérielles et de BSP (Board Support Package) vont travailler de concert sur l’ELAA Unified Development Platform qui constituera le coeur d’une chaîne de valeur complète qui montera jusqu'aux logiciels applicatifs. Avec notamment un noyau Linux (kernel) optimisé, vérifié, modulaire et doté d’entrées/sorties intégrées qui sera fourni à tous les membres d’ELAA.

Dans ce cadre, Advantech et AIMobile vont travailler sur une architecture matérielle unifiée et sur les BSP, Advantech, Retronix et ThunderSoft plancheront sur les cartes porteuses et les périphériques, tandis que AIMobile, ArcherMind, Canonical, Lineo, Retronix, TRSoft, ThunderSoft, Timesys et Witekio s'attaqueront aux solutions logicielles de plus haut niveau.

Des prototypes préfigurant ce que pourrait être une solution ELAA ont été montrés à l'occasion de la conférence de presse, basés notamment sur la carte ROM-DK 7421 d’Advantech, un module de développement au standard Qseven 2.0 basé sur un processeur i.MX 6Dual de NXP. Reste à transformer l’essai en motivant un écosystème large autour de briques logicielles et matérielles ouvertes et concrètes. A suivre donc.

 

 

Sur le même sujet