L'embarqué > Marchés > Rachat > Modules radio M2M et IoT : Telit avale les activités Bluetooth et NFC de l’allemand Stollmann

Modules radio M2M et IoT : Telit avale les activités Bluetooth et NFC de l’allemand Stollmann

Publié le 14 janvier 2016 à 10:16 par Pierrick Arlot        Rachat Telit

Module Bluetooth Stollmann

Pour certains fabricants de modules sans fil dédiés aux marchés du M2M et de l’Internet des objets (IoT), le temps est venu d’étoffer le catalogue des technologies radio qu’ils sont capables de maîtriser en interne. Tel est le cas de Telit, spécialiste des modules, logiciels et plates-formes de services M2M déjà doté de fortes compétences sur les créneaux ZigBee, 802.15.4, GPS/GNSS et 2G/3G/4G. La société d’origine italienne, aujourd’hui basée en Grande-Bretagne, va acquérir les actifs tant matériels que logiciels liées aux technologies Bluetooth, Bluetooth Low Energy (BLE) et NFC de la firme allemande Stollmann.

Sont notamment concernés par ce rachat les piles logicielles Bluetooth et NFC, les modules prêts-à-l’emploi et diverses IP de communication sans fil courte portée de la firme d’outre-Rhin. Dans le cadre de l’acquisition, 35 employés de Stollmann, principalement des ingénieurs de recherche et développement, vont rejoindre Telit.

« Ce rachat est une étape clé dans la réalisation de notre vision de l’IoT qui vise à connecter au cloud de multiples équipements professionnels de bordure de réseau, capteurs et autres dispositifs distants, via nos outils comme le portail Telit IoT, a précisé Oozi Cats, le CEO de Telit. Les IP de Stollmann nous apportent une expertise considérable dans des technologies radio à courte portée comme le BLE qui va devenir le standard de facto dans le domaine de la connectivité IoT sans fil personnelle et locale. » Selon MarketsandMarkets, le marché Bluetooth Smart et Bluetooth Smart Ready se chiffrera à quelque 5,6 milliards de dollars d’ici à 2020, les ventes en volume de dispositifs Bluetooth Smart dépassant 1,2 milliard d’unités cette année-là (contre 49 millions en 2013).

Sur le même sujet