L'embarqué > Marchés > Rachat > Mil-aéro : Mercury poursuit sa politique de croissance externe en rachetant Geco Avionics pour 36,5 M$

Mil-aéro : Mercury poursuit sa politique de croissance externe en rachetant Geco Avionics pour 36,5 M$

Publié le 31 janvier 2019 à 12:48 par François Gauthier        Rachat Mercury Systems

Mercury Geco

Spécialiste des cartes embarquées, calculateurs lames et systèmes prêts à l’emploi pour les marchés de la Défense et de l’aéronautique, l'américain Mercury Systems vient d’acquérir, pour un montant de 36,5 millions de dollars en numéraire, son compatriote Geco Avionics. Basé à Mesa dans l’Arizona et fondé il y a une vingtaine d’années, Geco conçoit et fabrique des systèmes informatiques critiques pour l’avionique. Ses solutions matérielles, certifiées DO-254, incluent des processeurs de mission, des écrans aéroportés, des systèmes de traitement vidéo, des réseaux pour les avions… Geco est également un spécialiste du développement de logiciels d'avionique conformes à la norme DO-178 jusqu'au niveau DAL-A. Ces solutions sont notamment déployées au sein de l’hélicoptère d’attaque AH-64 Apache et du navire militaire multirôle KC-46A Pegasus.

Via cette opération, Mercury Systems poursuit donc sa politique active de croissance externe, initiée il y a 3 ans. « Le rachat de Geco complète nos acquisitions récentes de Creative Electronic Systems (CES), basé à Genève en Suisse, et de Richland Technologies (RTL), basé à Duluth en Géorgie, précise Mark Aslett, le président de Mercury. Ensemble, ces trois acquisitions élargissent notre présence dans l'informatique de mission et la gestion de plate-forme. Les savoir-faire en systèmes critiques à haut niveau de sécurité de ces sociétés, associés à nos solutions de traitement de capteurs haute performance et à nos propres fonctions de sécurité intégrées, nous permettront de proposer une combinaison d’offres électroniques sur le segment de marché C4I (Command, Control, Communications, Computers and Intelligence). »

Aux acquisitions de CES et de Richland, réalisées respectivement en 2016 et 2017 et citées par Mark Aslett, il faut ajouter celles en 2018 de Themis Computer (concepteur de cartes en châssis) pour 180 millions de dollars et de Germane Systems (spécialiste en conception et fabrication de serveurs, d’ordinateurs et de systèmes de stockage durcis) pour 45 millions de dollars.

Pour le troisième trimestre de son exercice 2019, acquisition de Geco comprise, le chiffre d’affaires de Mercury se situe, selon les chiffres publiés par la société, entre 162,7 et 167,7 millions de dollars, avec un bénéfice net situé entre 10,8 et 12,3 millions de dollars. Pour l’ensemble de l’exercice 2019, Mercury table sur un chiffre d’affaires compris entre 631 et 646 millions de dollars pour un résultat net attendu entre 42,6 et 46,1 millions de dollars.

Sur le même sujet