L'embarqué > Marchés > Rachat > Maintenance connectée : le groupe français VapéRail International avale Intesens

Maintenance connectée : le groupe français VapéRail International avale Intesens

Publié le 19 août 2020 à 10:51 par Pierrick Arlot        Rachat

Intesens

Créée en 2009, la société toulousaine Intesens, qui a développé des capteurs sans fil destinés à la surveillance à distance de machines électriques ou mécaniques ainsi que la plate-forme de diagnostic associée, a annoncé mi-juillet avoir rejoint le groupe français VapéRail International. Fondé en 1978 et basé à Montréal-la-Cluse dans l’Ain (à une quarantaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse), VapéRail est un spécialiste des solutions d’infrastructure pour les voies ferrées. Intesens avait été placé en liquidation judiciaire fin avril.

Le portefeuille de produits de VapéRail se décline en solutions mécaniques traditionnelles (systèmes d’attache notamment) et en solutions numériques connectées pour l’acquisition de données et la maintenance prédictive (capteurs de serrage, de température, de géolocalisation des actifs de la voie, de détection de défauts, etc.). Le groupe français, qui a réalisé un chiffre d’affaires de près de 9 millions d’euros l’année dernière, a créé en 2017 une unité commerciale focalisée sur l’Internet des objets (IoT).

Selon Xavier Lafontan, le président d’Intesens, les solutions Intesens associées à celles de VapéRail « consolideront leurs offres de maintenance connectée sur le marché de l’IoT ferroviaire et industriel et accéléreront leur déploiement en France et à l’international ».

A noter que VapéRail a initié en juin dernier un partenariat avec la start-up Cartesiam, spécialisée dans l’intégration d’intelligence artificielle embarquée dans les objets connectés fonctionnant sur microcontrôleurs (lire notre article ici). Ce partenariat doit permettre aux produits VapéRail de détecter plus facilement les comportements anormaux et de répondre encore davantage aux exigences de la maintenance prédictive, l’analyse de données au plus proche de la voie faisant encore plus de sens dans l’industrie ferroviaire que n’importe où ailleurs (avec la capacité notamment de s’affranchir des problèmes de communication et de transmission en environnement sévère lorsqu’il faut envoyer toutes les données dans le cloud pour analyse).

« L’intelligence artificielle appliquée directement dans chaque objet connecté dopera notre expertise de captation des données, indique Stéphane Brunet, le P-DG de VapéRail. La réactivité dans la collecte et la gestion des données nous engage sur la voie de l’efficacité maîtrisée : maîtrise du temps, des coûts, des technologies et des enjeux environnementaux. »

Sur le même sujet