L'embarqué > Marchés > Conjoncture > L’israélien Hailo double à 21 M$ sa levée de fonds pour peaufiner son processeur IA embarqué

L’israélien Hailo double à 21 M$ sa levée de fonds pour peaufiner son processeur IA embarqué

Publié le 24 janvier 2019 à 11:51 par Pierrick Arlot        Conjoncture

Hailo fondateurs

La start-up israélienne Hailo, qui avait révélé en juin 2018 avoir levé 12,5 millions de dollars pour accélérer le développement de son processeur embarqué pour l’apprentissage profond (deep learning), a élargi son tour de table à de nouveaux investisseurs pour porter sa valeur à 21 millions de dollars. C’est la société chinoise de capital-risque Glory Ventures qui a mené l'opération avec le concours d’investisseurs existants et nouveaux.

Selon Hailo, basé à Tel Aviv et fondé en 2017, cet investissement supplémentaire, qui porte à 24,5 millions de dollars la somme totale injectée dans la jeune pousse depuis sa création, permettra à l'entreprise d'élargir ses marchés cibles à la Chine et à Hong Kong, en complément de ses marchés existants en Europe, en Amérique du Nord, au Japon et en Corée.

Capable d’exécuter des applications enfouies d’intelligence artificielle, le processeur de Hailo, dont les échantillons initiaux devraient être commercialisés au cours du premier semestre 2019, devrait se distinguer par sa taille, sa consommation et son coût réduits, trois caractéristiques qui en feraient un sujet idéal pour le traitement en local et en temps réel de données à haute résolution issues de divers capteurs. Dans ce cadre, l’automobile est l’un des marchés clés visés par la start-up, ce secteur étant aujourd’hui en quête de méthodes d’apprentissage profond pour les applications d’assistance évoluée à la conduite (ADAS) et de conduite autonome qui exigent une détection en continu de l’environnement entourant le véhicule. Des tâches algorithmiques qui, selon Hailo, ne peuvent être accomplies de façon suffisamment efficace par les processeurs généralistes existants.

Les fondateurs de Hailo

La start-up israélienne cible aussi d'autres marchés au-delà de l’automobile comme la surveillance, la maison intelligente, l’Internet des objets, l'industriel, la robotique, les plates-formes de réalité virtuelle ou augmentée et les dispositifs électroniques portés sur soi.

Hailo a par ailleurs récemment ouvert à des clients triés sur le volet un programme d’accès rapide à son processeur (Hailo-8 Fast Track Program) permettant aux heureux élus d’évaluer les premiers exemplaires de son circuit.

On rappellera qu'en ce moment, la pression monte sur le front des processeurs et des blocs d’IP conçus pour traiter des algorithmes d’apprentissage profond, non plus dans le cloud, mais dans des périphériques en bordure de réseau IoT comme ceux que l’on peut trouver dans les véhicules autonomes, les drones ou la maison connectée (assistants personnels, caméras intelligentes, Smart TV…). Plus d’une soixantaine de sociétés de toutes tailles auraient en effet déjà annoncé de tels circuits ou cœurs d’IP ad hoc, à l’instar d’Arm, Cadence, Ceva, Eta Compute, Imagination, Intel, Kalray, Lattice, Nvidia, Qualcomm, Socionext, Synopsys et VeriSilicon ou des start-up GreenWaves, Gyrfalcon, Syntiant ou XNOR.

Sur le même sujet