L'embarqué > Marchés > Conjoncture > Les trophées Cap'tronic 2018 récompensent Orosound, Traxens, Biomodex, Bilberry et GoSense

Les trophées Cap'tronic 2018 récompensent Orosound, Traxens, Biomodex, Bilberry et GoSense

Publié le 17 octobre 2018 à 15:20 par François Gauthier        Conjoncture

Trophées Cap'tronic 2018

C’est à l’occasion de la journée Cap sur l’innovation organisée ce mercredi 17 octobre 2018 par l’association Cap’tronic et la DGE (Direction générale des entreprises) que les traditionnels trophées Cap'tronic ont été remis pour leur douzième édition. Trois entreprises et leurs réalisations innovantes ont été mises à l’honneur dans trois catégories : Produit à usage grand public, Industrie & Services et Santé & Bien-être. A ces trois trophées s'ajoutent celui de la jeune entreprise et un prix du public, décerné en direct par les participants. Voici donc les noms des vainqueurs :

Produit à usage grand public : Orosound. Avec son projet Tilde, la start-up parisienne, experte en acoustique et en solutions pour le bien-être sonore en milieu professionnel, propose des écouteurs anti-bruit sélectifs et directionnels. Une réponse technologique concrète au problème du bruit dans les bureaux partagés. Au cœur de ces écouteurs se trouve la technologie brevetée Tilde qui différencie les sons utiles du bruit ambiant et permet d’isoler la voix (à l’aide de huit microphones intégrés) qui vient d’en face dans un champ angulaire de 60°. Avec en outre une réduction du bruit réglable ajustable via une atténuation de 0 à 30 dB. Fruit de plus de deux années de R&D, ces écouteurs sont commercialisés en direction d’un marché professionnel depuis février 2018 en France et au Japon.

Industries & Services : Traxens. Jeune société marseillaise fondée en 2012, Traxens a mis au point une solution innovante de tracking de conteneurs ou d'objets mobiles (wagons, remorques, bennes, ...) qui s'appuie sur des boîtiers électroniques autonomes (les Traxens-Box) fixés aux objets que l'on souhaite surveiller, et une plate-forme centrale de pilotage (Traxens-Hub) pour l’acquisition, la collecte et la redistribution des données vers les acteurs concernés de la chaîne de transport. Les Traxens-Box intègrent plusieurs capteurs capables de déterminer la position géographique mais aussi de mesurer la température, les chocs, les mouvements, les vibrations et l’ouverture des portes. A chaque boîtier, il est aussi possible d’associer plusieurs capteurs qui peuvent être placés parmi la marchandise transportée pour en assurer le suivi qualitatif. Ces capteurs additionnels sont reliés au boîtier via un réseau propriétaire. Quant à la plate-forme Traxens-Hub, elle collationne et traite de multiples informations sur le conteneur qui sont de nature à intéresser les différents acteurs du transport multimodal : armateurs, chargeurs, transitaires, transporteurs routiers ou ferroviaires, clients finaux et assureurs de cargaisons.

Santé & Bien-être : Biomodex. Fondée en 2015 à Paris, la start-up a développé une solution destinée au planning préopératoire d’un patient, notamment pour le traitement des anévrismes intracrâniens. Pour ce faire, afin de sécuriser le traitement et offrir l’opportunité au chirurgien de répéter son opération, la société conçoit des organes synthétiques, imprimés en 3D, à partir de l’imagerie médicale du patient car chaque anatomie est différente et nécessite une approche unique. Après un important travail de segmentation (à partir d’un scanner ou d’une échographie) pour isoler la zone d’intérêt du patient, une maquette de l’organe est imprimée avec les mêmes caractéristiques que les tissus humains avec ses propriétés biomécaniques. Le chirurgien peut ainsi planifier l’intervention, en s’entraînant non plus sur le patient mais sur sa réplique exacte. D’un point de vue technologique, Biomodex utilise des algorithmes propriétaires et des imprimantes 3D pour fabriquer des organes synthétiques. Ensuite une station de travail accueille l’organe et recrée l’environnement de l’intervention avec, au sein de l’organe, un flux sanguin à la même température, au même débit et à la même pression que dans les artères cérébrales.

Trophée jeune entreprise. Bilberry. La société, basée à Gentilly (94), propose une solution de scan de la végétation présente au sol en temps réel, pour ne désherber que là où cela est nécessaire. L’ambition de Bilberry est de réduire de 80% l'utilisation d'herbicides en grandes cultures grâce à sa solution de détection de mauvaises herbes. Concrètement la solution s’appuie sur des caméras embarquées directement sur le matériel de désherbage, qui scannent le terrain, identifient en temps réel les mauvaises herbes et contrôlent automatiquement la pulvérisation. Les informations récoltées dans les parcelles sont ensuite automatiquement retranscrites sous forme de cartes, intégrables par la suite dans le pulvérisateur pour un traitement ultérieur ou dans les logiciels de gestion de l'exploitation.

Prix du public : GoSense. La société lyonnaise GoSense propose d'apporter aux cannes blanches utilisées par les non-voyants un degré d'intelligence avancé. Fixé sur la canne traditionnelle, le module Rango permet à son utilisateur de percevoir et d’éviter les obstacles qu’il croise. Il protège son utilisateur de la tête aux pieds et constitue un véritable bouclier virtuel et intelligent qui protège en localisant les obstacles en trois dimensions (via une sorte de réalité augmentée sonore) et en identifiant ceux qui représentent un danger.

 Les vainqueurs des trophées Cap'tronic 2018

Sur le même sujet