L'embarqué > Marchés > Perspective > Les interfaces utilisateur vocales s’insinuent irrésistiblement dans les maisons connectées

Les interfaces utilisateur vocales s’insinuent irrésistiblement dans les maisons connectées

Publié le 21 août 2017 à 15:56 par Pierrick Arlot        Perspective

Amazon Echo Dot

Selon Berg Insight, l’Amérique du Nord et l’Europe accueillaient sur leurs territoires 30,3 millions de maisons « intelligentes » fin 2016. Le continent nord-américain reste toutefois le plus en avance avec une base installée de 21,8 millions de smart homes (+45% par rapport à 2015), un nombre qui devrait atteindre 73 millions d’ici à 2021 (soit 55% de tous les lieux d’habitation), si l’on en croit la société d’analystes. L’Europe est donc largement à la traîne tant en termes de pénétration que de maturité. Fin 2016, le vieux continent accueillait 8,5 millions de maisons intelligentes mais ce nombre devrait croître de 57% par an en moyenne sur les cinq prochaines années pour atteindre 80,6 millions (soit 36% de tous les lieux d’habitation en Europe).

Les produits qui remportent le plus de succès sur le marché sont les thermostats connectés, les systèmes de sécurité, les ampoules intelligentes, les caméras en réseau et les systèmes audio multiroom fournis par des sociétés comme Ikea, Philips Lighting, Honeywell, Belkin, Nest, Ecobee, Somfy, Sonos, Canary, Netatmo ou D-Link.

« Nous estimons que 2017 sera une bonne année pour les technologies de la maison intelligente, maintenant que les systèmes d’entrée de gamme sont accessibles financièrement au plus grand nombre et que leur fiabilité et leurs fonctionnalités se sont considérablement améliorées », note Anders Frick, analyste senior chez Berg Insight.

La disponibilité d’interfaces utilisateur innovantes apparaît aussi comme un catalyseur de la croissance du marché. « Plusieurs géants des technologies de la communication et de l’information parient désormais sur les interfaces vocales pour faciliter le contrôle/commande des solutions domotiques », continue M. Frick. Le service Alexa d’Amazon a ainsi été rapidement popularisé par les produits Echo et Google, de son côté, met tout son poids derrière son assistant numérique à travers Google Home. Qui plus est, Apple, avec sa plate-forme HomeKit et le haut-parleur intelligent HomePod, et Microsoft, avec son service Cortana et l’enceinte connectée Invoke, sont prêts à concurrencer Amazon et Google dès que leurs dispositifs seront lancés commercialement, ce qui devrait être fait d’ici à la fin 2017.

Berg Insight table d’ailleurs sur une popularité grandissante des enceintes et haut-parleurs à technologie vocale et estime que ceux-ci figureront au rang des interfaces utilisateur les plus en vogue dans les environnements résidentiels. « Amazon est encore l’acteur principal du marché mais les écosystèmes Google et Apple sont plus puissants, tout du moins hors de l’Amérique du Nord », ajoute encore Anders Fick. Et il faudra compter sur d’autres initiatives en matière d’enceintes intelligentes telles celles de Lenovo qui a annoncé au CES 2017 un haut-parleur sous Alexa ou celle du japonais Line qui doit lancer d’ici à la fin de l’année un haut-parleur connecté baptisé Wave et alimenté par un assistant virtuel du nom de Clova. Ivee Voice, Triby (de la société française Invoxia, photo ci-dessous), JAM Voice, Cubic, Fabriq et Zettaly Avy sont aussi des acteurs déjà présents sur le marché. Enfin il existe même des alternatives open source comme l’assistant vocal Mark 1 de Mycroft.

Sur le même sujet