L'embarqué > Logiciel > Middleware > L’éditeur allemand Segger banalise le stockage RAID 5 dans les systèmes embarqués contraints

L’éditeur allemand Segger banalise le stockage RAID 5 dans les systèmes embarqués contraints

Publié le 30 avril 2019 à 11:42 par Pierrick Arlot        Middleware Segger

RAID 5

Le spécialiste allemand des outils matériels et logiciels de débogage et de programmation de cibles embarquées Segger a ajouté une option RAID 5 à son système de gestion de fichiers emFile afin d’optimiser l’intégrité et la fiabilité des données dans les équipements embarqués. Avec l’architecture RAID 5, le système de stockage est divisé en plusieurs partitions dont l’une stocke les informations de parité nécessaires à la récupération des données au cas où l’une des partitions connaît un problème. Cette architecture peut être déployée sur n’importe quel type de support de stockage et les informations de parité peuvent être enregistrées sur le même support que les données classiques (dans une partition distincte toutefois) ou sur un support distinct (un autre disque à semi-conducteurs par exemple).

Selon Segger, l’option RAID 5, qui nécessite une couche additionnelle au-dessus du codage CRC et/ou de la correction d’erreurs implémentés par le pilote logiciel sous-jacent ou le support de stockage, affiche une empreinte mémoire très faible, estimée à environ 1 Ko de RAM et 3 Ko de mémoire flash.

L’option RAID 5 est disponible en complémentarité ou en alternative à la prise en charge de l’architecture RAID 1, précise la société allemande. Disponible depuis de nombreuses années et bâtie sur deux sous-systèmes de stockage en miroir, celle-ci a prouvé sa valeur mais utilise la moitié de la capacité brute de stockage pour garantir l’intégrité et la sécurité des données (les contenus sont copiés deux fois). La capacité de stockage nécessaire pour assurer le même niveau de fiabilité en RAID 5 est, quant à elle, configurable et s'avère de l’ordre de 5%, voire moins, de la capacité totale.

Sur le même sujet