L'embarqué > Marchés > Perspective > "L’edge et le fog computing constitueront l'interface entre domaines IT et OT dans les usines"

"L’edge et le fog computing constitueront l'interface entre domaines IT et OT dans les usines"

Publié le 17 janvier 2018 à 11:35 par François Gauthier        Perspective Kontron

Tribune Kontron Hannes Niederhauser

[TRIBUNE by Hannes Niederhauser, KONTRON] L’année 2018 apportera des changements et des progrès notables dans les domaines de l’industrie 4.0 et de l’informatique embarquée dans les usines. Six grandes tendances se dégagent selon Hannes Niederhauser, CEO de la société Kontron S&T. 

Tendance n°1. Bâtis sur des normes telles que OPC UA et TSN, les calculateurs embarqués industriels en tant que membres à part entière de l'IoT vont faire une percée dans les ateliers de fabrication et les lignes de production. Poussés par les avancées des technologies de processeurs, nous voyons arriver dans les usines des systèmes dotés d’une puissance de traitement élevée et d’interfaces rapides à faible consommation d'énergie. En d’autres termes, la notion de “serveur embarqué” va passer de l’idée, du concept, à des produits désormais réellement opérationnels. Ce qui va permettre de faire descendre l’edge computing, qui fait migrer des capacités de calcul, d'analyse et de communication du nuage vers la bordure de réseau, directement au niveau de l'atelier, au plus proche des machines et des capteurs. Une approche qui deviendra partie intégrante d’une solution plus globale de traitement et d’analyse des données installée dans le cloud, avec la possibilité alors de créer via l’“Embedded Cloud", présent au plus près des lignes de fabrication, de nouveaux scénarios temps réel de contrôle et de suivi “intelligents” des machines. Une évolution qui sera possible grâce à la prise en charge par les équipements des normes OPC UA et 802.1 TSN (Time Sensitive Networking) qui joueront ici un rôle central.

Tendance n°2. Les analystes du marché classent l'Internet des objets comme un moteur de croissance majeur pour l’industrie manufacturière. Un rapport datant d'octobre 2017 issu de Research and Markets estime que la croissance annuelle moyenne du marché des systèmes embarqués industriels sera de 4% pour une valeur globale de plus de 100 milliards de dollars à l’horizon 2023. Quant au marché dit de l’edge computing, il devrait afficher une croissance annuelle moyenne de 7% entre 2017 et 2022, pour passer de 8 milliards de dollars en 2017 à plus de 13 milliards en 2022. Dans cette évolution à venir, nous estimons que les futures générations d'ordinateurs embarqués, puissants, associés à des logiciels ad hoc, constitueront le fondement de de l’edge ou du fog computing dans les usines, et formeront l'interface entre les domaines informatiques IT et opérationnels OT.

Tendance n°3. Les réseaux déterministes vont constituer l’épine dorsale de l’informatique embarquée dans l'industrie. Ce qui va conduire inéluctablement au remplacement progressif des systèmes de communication fondés sur des bus de terrain propriétaires par des réseaux IP, déterministes, synchronisés au niveau temporel avec une faible latence. C’est l’objet de la technologie Time Sensitive Networking qui va se généraliser.

Tendance n°4. Les écrans tactiles multipoints, ou multi-touch, mis en œuvre dans les IHM (interfaces homme-machine) industrielles, vont se diffuser largement dans les usines dans des formats XXL. Poussé par le secteur du grand public, ce type d’écrans sera intégré aux lignes de fabrication et aux systèmes de contrôle de machines dans des formats larges avec l’intégration de technologies telles que WideLink qui transmet le contenu de l'écran et les gestes tactiles via Ethernet entre la machine et la console sur de grandes distances et sans interférences. Une approche qui ouvre la voie à la génération d’instructions personnalisées et d’informations riches pour les opérateurs sur les machines.

Tendance n°5. La numérisation des processus de fabrication va se poursuivre sans relâche en 2018, créant de nouvelles opportunités. Il ne va plus s’agir de seulement numériser des processus existants, mais d’étudier comment les technologies numériques peuvent améliorer les processus afin de rester compétitif. Dans ce cadre, les entreprises cherchent non seulement à réduire le temps de mise sur le marché, mais aussi à produire des petites séries personnalisées de manière efficace et rentable, et à proposer des services complémentaires ou à adapter rapidement les fonctionnalités des produits standard en fonction des besoins de leurs clients.

Tendance n°6. La notion de cloud dans l’industrie va devenir un espace sécurisé au sein duquel vont cohabiter divers partenaires. Au sein du groupe S&T auquel appartient désormais Kontron, nous nous efforçons par exemple de proposer aux utilisateurs des solutions cloud complètes, sécurisées et évolutives. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les technologies des principaux fournisseurs de plates-formes dans le nuage, comme Microsoft, pour installer nos solutions et les mettre à disposition des utilisateurs qui deviennent alors clients Kontron dans le cloud Azure. Au-delà, les technologies à venir telles que l'apprentissage automatique ou l'intelligence artificielle proviendront également du cloud. Les développements actuels prouvent cependant que les entreprises devront être suffisamment flexibles pour pouvoir exploiter des résultats en temps réel sur site, contrôler de manière réactive les machines, virtualiser les processus ou le stockage local de données confidentielles critiques pour l'entreprise. Autant de contraintes qui exigent que l'on soit capable de répartir les tâches entre les sites proprement dits et le nuage de façon échelonnable et sécurisée. 

21 juin 2016

 "1, 2, 3... 5G ! La course mondiale à la norme 5G passe par les tests"

> Lien

Sur le même sujet